/regional/quebec/quebec

Avis d'experts

Une présence «atypique» de la mafia à Québec

Nicolas Saillant | Agence QMI

Maria Mourani, criminologue

Archives

Maria Mourani, criminologue

La présence d’un proche de l’ex-parrain de la mafia montréalaise à Québec «sort de l’ordinaire», bien que la mafia ait tout de même ses entrées à Québec, selon des experts.

Les activités présumées du mafieux Francesco Del Balso à Québec ne seraient pas gage de la présence d’une mafia bien organisée à Québec, mais plutôt l’œuvre d’un concours de circonstances, selon les experts.

À LIRE ÉGALEMENT

Labeaume invite un mafieux à «sacrer son camp»

Un mafieux montréalais vise des pizzérias de Québec

L’auteure d’un récent livre sur la mafia (Milena Di Maulo - Fille et femme de mafiosi), Maria Mourani, croit que l’historique de Del Balso explique la situation «atypique».

Elle rappelle que l’ancien lieutenant du clan Rizzuto a fait l’objet de tentatives de meurtre à Montréal et que ce dernier a dû quitter la métropole sous la menace.

«C’est un événement un peu inusité. On a demandé à un gars de dégager de Montréal», indique Mme Mourani.

«Je comprends qu’il pensait aller faire son trou à Québec et aller jouer les gros bras», ajoute l’experte, qui parle notamment de Del Balso dans son livre.

«Je ne vois pas d’installation de mafia chez vous [à Québec] pour l’instant.»

Mme Mourani rappelle que dans la mesure où Francesco Del Balso n’est plus le bienvenu à Montréal, les options sont limitées.

«Il va essayer de profiter de coins où la mafia n’est pas vraiment installée et où les territoires ne sont pas forcément définis.»

Extorquer des Italiens

D’autre part, Mme Mourani fait valoir que la présumée tentative d’extorsion d’une pizzeria de la rue Saint-Jean, propriété d’un couple d’Italiens, n’est pas le fruit du hasard. «Quand ils font de l’extorsion, ils le font par prudence chez des gens de leur communauté», explique-t-elle.

Les Italiens connaissent la mafia comme les Québécois connaissent les motards. «Ils vont aller vers des gens qui connaissent leur pouvoir, leur violence pour ne pas avoir forcément besoin de passer à l’acte et avoir ce qu’ils veulent», indique Mme Mourani.

Pour sa part, l’ancien enquêteur de l’escouade Carcajou Paul Laplante rappelle que la mafia a un large territoire d’activité au Québec, mais que leurs activités sont plus difficiles à déceler.

«La mafia italienne à Québec, ce n’est pas nouveau, mais on ne la voit pas, elle ne s’affiche pas», indique Paul Laplante.