/news/society

Les gras trans industriels désormais bannis au Canada

Agence QMI

L’interdiction des gras trans industriels dans l’alimentation est entrée en vigueur lundi, un an après un avis en ce sens publié par Santé Canada.

Le gras trans industriel provient d’huile partiellement hydrogénée. Ces huiles sont ajoutées dans des aliments pour améliorer leur texture et leur durée de vie. On en retrouve dans les margarines dures, le shortening, les graisses alimentaires végétales, ainsi que dans des produits commerciaux de boulangerie et de pâtisserie, notamment des biscuits, des pâtisseries et des frites.

Ces produits sont souvent consommés par des jeunes, des personnes vivant en régions éloignées ou des consommateurs à petit budget, selon une étude citée par le fédéral.

Puisque les Canadiens étaient ceux qui consommaient le plus de gras trans au monde dans le milieu des années 1990, le Canada avait été le premier pays à en exiger l’étiquetage sur les produits en 2002. Le fédéral avait, en 2007, appelé l’industrie alimentaire à réduire volontairement les gras trans. Malgré une forte diminution, une interdiction totale a été décidée en 2017.

Le gras trans fait augmenter dans le sang le cholestérol à lipoprotéines de faible densité (surnommé le «mauvais cholestérol») en plus de diminuer le cholestérol à lipoprotéines de haute densité (le «bon» cholestérol). Ce double phénomène augmente le risque de maladie cardiaque.

Le gras trans d’origine animale se retrouve naturellement dans le bœuf, l’agneau et les produits laitiers. Il n’est pas visé par cette interdiction.

Dans la même catégorie