/regional/montreal/montreal

Fleuve Saint-Laurent

L’Odyssée aquatique de Nathalie Lasselin: 70 km parcourus sous l’eau

Nadia Lemieux | Agence QMI

 - Agence QMI

Toma Iczkovits/Agence QMI

L’exploratrice et cinéaste sous-marine Nathalie Lasselin a accompli avec succès son odyssée de 70 km immergée dans le fleuve Saint-Laurent, malgré plusieurs imprévus qui l’ont ralentie.

Au petit matin vendredi, Nathalie Lasselin s’était jetée dans le fleuve à l’île Perrot, à l’ouest de Montréal, dans le cadre d’un projet d’engagement pour la santé de ce cours d’eau. Elle devait n’en ressortir que samedi matin, rendue à Repentigny.

C’est finalement à 22h30, une douzaine d’heures plus tard que ce qui avait été anticipé, que Mme Lasselin a atteint son point d’arrivée.

«Ça a été beaucoup plus difficile. On a eu toute sorte de défis et d’obstacles qui n’étaient pas nécessairement prévus, confie celle qui a été intronisée à la Women Diver Hall of Fame en mars dernier. Mais on a rejoint le point A au point B alors c’est une réussite!»

Bateaux, algues et bris

De nombreux bateaux de plaisance naviguaient sur le fleuve vendredi et samedi en raison de la météo favorable. Ce fort trafic maritime a rendu le chenal impraticable à la plongée, ce qui a poussé l’exploratrice à prendre un autre chemin, où de longues algues ont ralenti sa progression.

«Le niveau de l’eau a baissé dans les dernières journées et les algues, avec la température, ont beaucoup poussé, explique Nathalie Lasselin. Les algues faisaient du bourrage dans l’hélice [de mon propulseur]. Quasiment au cinq minutes, je devais m’arrêter pour les enlever.»

Puis, des bris d’équipement l’ont poussé à remonter à la surface pour quelques heures, le temps de recharger les batteries de son propulseur sous-marin.

«Quand je suis sortie de l’eau, j’étais vraiment très contente d’avoir réussi ce projet de fou, lance-t-elle, mais ce dont je suis le plus satisfaite, c’est de l’engagement de toute mon équipe [de 25 personnes] et des gens autour. Il y avait toute une communauté derrière ça. C’était un projet rassembleur.»

Lorsqu’elle était sous l’eau, elle a recueilli des échantillons d’eau et de sédiments, qui seront analysés par des chercheurs pour y déceler la présence de contaminants émergents.

Dans la même catégorie