/regional/estduquebec/basstlaurent

Pénurie d’aspirantes infirmières

Pierre-Paul Biron | Agence QMI

Le climat explosif qui règne actuellement dans le réseau de la santé a créé une hécatombe dans des cégeps de région qui peinent à recruter des étudiants pour leur programme de soins infirmiers.

Au Cégep de La Pocatière, seulement quatre étudiants ont amorcé le programme cet automne.

La situation provoque bien des maux de tête dans certains programmes de soins infirmiers, a pu constater «Le Journal de Québec».

Au Cégep de La Pocatière, à peine quatre étudiants font partie de la cohorte entrée il y a quelques semaines, alors qu’ils étaient 28 en 2014. L’état de la situation préoccupe la direction de l’établissement. «Ce qui nous fait mal, ça a été de tomber sous la barre des 10 étudiants. C’est très inquiétant», souligne la directrice générale du collège, Marie-Claude Deschênes.

Quelque 300 kilomètres plus loin, à Matane, la situation n’est pas plus rose. Alors que l’on comptait 30 nouveaux étudiants il y a quelques années, voilà que les enseignants en soins infirmiers ne supervisent plus que 16 étudiants de première année aujourd’hui.

Au Centre d’études collégiales dans Charlevoix, un satellite du Cégep de Jonquière à La Malbaie, on a tout simplement décidé de ne pas lancer de nouvelle cohorte cette année.

«Nos étudiants de deuxième et troisième années poursuivent leur formation, mais nous avons suspendu l’admission en première année en raison d’un trop petit nombre d’inscriptions», confirme la directrice de l’établissement, Marie Aboumrad.

Aucun attrait

Les gens interrogés sont unanimes sur les raisons qui expliquent cette baisse marquée des inscriptions. Oui, des régions sont touchées par une certaine baisse démographique et des étudiants choisissent d’aller directement au baccalauréat en sciences infirmières, mais c’est principalement le contexte actuel dans le réseau de la santé qui n’a rien d’alléchant pour les futurs professionnels.

«La situation provinciale fait peur aux jeunes et aux parents. Ça fait peur de s’embarquer dans une profession qui est si malmenée. [...] On est capable de savoir si des jeunes de notre bassin vont étudier ailleurs en soins infirmiers et ce n’est pas le cas. Ils ne vont pas à l’extérieur, ils ne vont juste pas en soins infirmiers», indique la directrice du Cégep de La Pocatière.

Le président de la Fédération des cégeps Bernard Tremblay est aussi de cet avis. La baisse de quelque 600 étudiants inscrits observée au cours des dernières années ne semble pas vouloir s’estomper pour le moment. «Ce qu’on entend sur le milieu de la santé donne une image pénible de ces milieux de travail et ça peut effectivement décourager certaines personnes qui normalement auraient eu l’appel de cette vocation», estime M. Tremblay.

Conditions à changer

Pour renverser la tendance, les gens du milieu croient qu’un redressement de la situation dans le système de santé est tout d’abord nécessaire. Il faut avant tout améliorer les conditions des professionnels de la santé pour penser à revaloriser la profession, nous dit-on.

«On a atteint un point de non-retour, notamment sur la charge de travail et les heures supplémentaires obligatoires. Ça s’en va dans le mur. Il faut que l’ensemble des décideurs choisisse d’améliorer les conditions de travail pour espérer assurer la relève, ça passe par là», croit la présidente de la Fédération des infirmières du Québec, Nancy Bédard.

«Il y a une partie qui appartient au gouvernement dans tout ça. C’est un défi, mais qui n’est pas irréalisable», lance aussi Louise Chénard, enseignante en soins infirmiers à La Pocatière.

Et d’ici là, les cégeps touchés par la baisse font des pieds et des mains pour redresser la barque. Laboratoires interactifs, activités dans les écoles secondaires, visites de département, tous les moyens sont bons pour recruter. «On tente toutes sortes d’expérimentations pour sensibiliser les jeunes à la profession. Si ça peut réveiller une fibre chez quelques-uns, il faut tout tenter», insiste le directeur du Cégep de Matane, Pierre Bédard.

Des baisses significatives

Des exemples de cégeps qui ont connu une baisse d’élèves inscrits en première année de soins infirmiers

La Pocatière

2014 : 28

2018 : 4

Sorel-Tracy

2014 : 83

2018 : 50

Shawinigan

2014 : 47

2018 : 29

Matane

2014 : 28

2018 : 16

Beauce-Appalaches

2014 : 63

2018 : 32

Une situation qui fait réagir

«Cette pauvre infirmière qu’on a vue en pleurs sur Facebook, ça ne doit pas aider à convaincre quelqu’un qui a la vocation et qui veut travailler dans les soins» - Marie Aboumrad, directrice générale du Centre d’études collégiales en Charlevoix

«Avec les conditions de négociations que les gestionnaires mettent actuellement sur la table, c’est sûr que ça ne donne pas envie à personne d’aller dans la profession» - Nancy Bédard, présidente de la Fédération des infirmières du Québec

«C’est préoccupant parce que les besoins de main-d’œuvre sont énormes au Québec. On offre de bons programmes, avec des emplois intéressants et garantis. Si ça continue, il y aura un enjeu de relève pour les établissements de santé» - Bernard Tremblay, président de la Fédération des Cégeps du Québec

«Nous avons seulement quatre étudiants, mais ces quatre-là sont primordiaux pour les hôpitaux de la région. On voit à quel point les gens sur le terrain ont besoin de relève» - Marie-Claude Deschênes, directrice générale, Cégep de La Pocatière

Dans la même catégorie