/news/culture

Théâtre du Nouveau Monde

Albert Millaire célébré par ses amis

Marie-Josée R. Roy | Agence QMI 

Le milieu du théâtre montréalais a tendu, lundi, en début de soirée, un ultime coup de chapeau à l’un des siens, Albert Millaire, décédé le 15 août dernier.

Le hall du Théâtre Nouveau Monde était rempli à pleine capacité d’amis artistes venus saluer la mémoire de ce grand homme des planches, du cinéma et de la télévision.

Sylvie Léonard, Yves Jacques, Louise Turcot, Raymond Bouchard, Marie Tifo, Micheline Bernard, Robert Toupin et plusieurs autres étaient présents pour le sobre hommage de deux heures animé par Marie-Thérèse Fortin, sur lequel veillait une photo d’un jeune Albert Millaire en pleine déclamation théâtrale. Des membres de la famille du défunt, dont sa conjointe, Michèle Marchand, ont aussi reçu les honneurs.

Les invités étaient si nombreux que plusieurs sont restés debout pendant toute la durée de la cérémonie, qui suivait de trois semaines les funérailles de M. Millaire, tenues le 27 août.

Les pantoufles de Guy Nadon

Parmi la dizaine de personnalités qui ont défilé au micro pour se rappeler de bons souvenirs d’Albert Millaire, Monique Miller a vanté «la passion, la générosité, l’énergie, le talent de chef d’orchestre en mise en scène» de son ami disparu, et a cité Jacques Brel et la «Chanson des vieux amants» pour lui lancer des fleurs.

«Finalement, il nous fallut bien du talent pour être vieux sans être adultes. Dors, mon bel Albert. Je t’aime», s’est enflammée l’actrice.

Guy Nadon a été attendrissant et rigolo avec une anecdote datant du temps où il était un jeune homme sans le sou, quand Albert Millaire lui avait fait don d’une paire de pantoufles par compassion. «Il avait l’art d’être chic, il était grand prince», a mentionné celui qu’on voit dans «O’».

Dorothée Berryman a interprété ce qui s’avère, à son avis, «l’une des plus belles chansons jamais écrites sur le passage du temps», soit «Les feuilles mortes», d’Yves Montand. Elle a ricané qu’Albert Millaire lui avait jadis déjà dit qu’il «ne l’aimait pas comme comédienne». Mais il s’était plus tard ravisé, ajoutant que «si [elle] était bien dirigée...»

Marie-Thérèse Fortin a entrecoupé ses propres éloges entre ses présentations des différents convives, rappelant les trois occasions où son chemin a croisé celui d’Albert Millaire. La première fois, c’était au Cégep de Matane lorsqu’elle était étudiante. Récemment, les deux comédiens ont partagé des scènes dans la série «Mémoires vives».

Raymond Cloutier, Carl Béchard, Geneviève Rioux, Charli Arcouette-Martineau, Jean-Léon Rondeau et le petit-fils d’Albert Millaire, Frédéric Millaire-Zouvi, aussi acteur, qui a lu un extrait du «Vaisseau d’or», de Nelligan, ont aussi livré de bons mots à l’égard du regretté monument.

Dans la même catégorie