/finance/homepage

Dominique Brown caissier dans un de ses Chocolats Favoris

Pierre Couture | Agence QMI

 - Agence QMI

Malgré une forte croissance de ses revenus, Chocolats Favoris manque cruellement de travailleurs.

Lundi, le grand patron de l’entreprise, Dominique Brown, a été contraint de «faire de la caisse» à la chocolaterie de la rue Cartier à Québec.

Sur sa page LinkedIn, le propriétaire de Chocolats Favoris soutient que l’enjeu de la pénurie de main-d’œuvre a atteint un nouveau sommet dans la région de Québec.

«Il est grand temps qu'on s'ouvre les yeux sur cet enjeu économique qui nous touche tous et qui s’accélère à une vitesse effarante», écrit-il.

«Hier, j’ai dû personnellement faire de la caisse à notre chocolaterie de l'avenue Cartier à Québec de 19h à 22h pour aider mon équipe qui n'y arrivait tout simplement pas.»

Selon l’entrepreneur, Chocolats Favoris ne reçoit que sept curriculum vitae de travailleurs par jour à Québec.

Bien qu’il dit avoir adoré son expérience lundi à la caisse de la chocolaterie de la rue Cartier, Dominique Brown se dit heureux cependant de pouvoir se fier le reste du temps sur ses collègues de la Colombie, du Brésil, du Cameroun, de l’Algérie, de la Belgique, de la France, du Royaume-Uni, des Pays-Bas, du Maroc, de la Macédoine, de la Grèce, de la Côte d’Ivoire, de l'Équateur, des Philippines et bien d'autres.

Besoins de 2000 travailleurs

Le maire de Québec, Régis Labeaume, demande depuis le début de la campagne électorale l’aide des partis provinciaux afin de s’attaquer au manque «dramatique» de main-d’œuvre dans la capitale. Il souhaite accueillir 2000 immigrants francophones de plus par an.

La pénurie de main-d’œuvre est d’ailleurs au sommet de sa «liste d’épicerie» du maire Labeaume. Il y a actuellement 17 000 postes disponibles dans la région de Québec.

«La proportion d’immigrants internationaux admis dans la région de Québec entre 2012 et 2017 a été de 6,2%. Ce pourcentage est inférieur au poids démographique de la région à l’échelle du Québec, qui est pour sa part de 9,7%», a indiqué récemment le maire de Québec.

M. Labeaume espère atteindre une cible de 10%. Ce qui représenterait un total de 5300 immigrants par année, soit environ 2000 de plus.