/finance/homepage

L’entreprise Uni-Sélect de Boucherville se met en vente

Sylvain Larocque

 - Agence QMI

Capture d'écran du site Internet

Le distributeur de pièces d’auto Uni-Sélect, dont le siège social est situé à Boucherville, en banlieue de Montréal, vient de se mettre en vente.

Après plusieurs trimestres de résultats décevants, l’entreprise québécoise a annoncé mardi le départ de Henry Buckley, qui occupait le poste de PDG depuis août 2015. Le grand patron de la filiale américaine FinishMaster, Steven Arndt, quitte également l’entreprise après plus de 25 ans de service.

Le conseil d’administration d’Uni-Sélect a en outre retenu les services de la banque américaine J. P. Morgan et du cabinet d’avocats canadien Fasken afin de mener un «examen des solutions de rechange stratégiques». Cela signifie que l’entreprise sollicitera activement des offres d’achat et des propositions de refinancement.

Uni-Sélect a également revu à la baisse mardi ses prévisions annuelles pour la croissance interne de ses ventes et pour ses marges bénéficiaires.

Le comptable André Courville, qui présidait le conseil d’administration de l’entreprise, agira désormais à titre de PDG intérimaire. L’administratrice Michelle Cormier devient présidente du conseil.

Uni-Sélect a été fondée en 1968 par 12 hommes d’affaires québécois «qui avaient décidé d’unir leurs forces pour former un groupe d’achat de pièces destinées au marché secondaire de l’automobile», peut-on lire sur le site web de l’entreprise.

L’action d’Uni-Sélect a perdu jusqu’à 7,6% de sa valeur mardi matin à la Bourse de Toronto, mais le titre a rapidement repris des forces pour limiter son recul à 1% peu après 10h30.