/news/society

Santé

75% des Canadiens en soins palliatifs souhaitent mourir à domicile

Agence QMI

Les Canadiens en phase terminale qui reçoivent des soins palliatifs précoces sont moins susceptibles de visiter les unités de soins intensifs et le service d’urgence durant leur dernier mois de vie, selon un rapport de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) publié mercredi.

«Nos données révèlent que l'intégration précoce des soins palliatifs, en particulier à domicile, peut améliorer la qualité de vie des personnes atteintes d'une maladie qui limite l'espérance de vie. Elle leur apporte un soutien durant leurs derniers jours à l'endroit où elles se sentent le plus à l'aise», a déclaré Kathleen Morris, vice-présidente de la recherche et l’analyse à l’ICIS.

D’après des données de l’Ontario et de l’Alberta, l’ICIS estime que même si 89 % des Canadiens pourraient bénéficier des soins palliatifs durant leur dernière année de vie, seulement 15% des personnes décédées en 2016-2017 ont pu profiter des soins palliatifs à domicile financés par le secteur public.

Pour 62% des Canadiens ayant reçu des soins palliatifs, ces derniers ont été offerts dans un hôpital de soins de courte durée et seulement durant leur dernier mois de vie.

Le rapport de l’ICIS indique que 75% des Canadiens souhaitent mourir à la maison, et ceux qui bénéficient de soins palliatifs à domicile durant leur dernière année de vie sont deux fois et demie plus susceptibles de voir cette volonté respectée.

L’étude révèle également que les personnes atteintes d’un cancer sont trois fois plus susceptibles de recevoir des soins palliatifs que celles atteintes d’autres types d’affections.

Autre chiffre important fourni par l’ICIS dans son rapport: trois médecins de soins primaires sur cinq estiment ne pas être assez bien préparés pour aider les personnes ayant besoin de soins palliatifs.