/news/society

L'exemple des maisons de soins palliatifs

TVA Nouvelles

Alors que 75% des malades veulent mourir à la maison, seulement 15% ont reçu des soins à domicile. L'écart est énorme et pour de nombreux experts, la solution se trouve à mi-chemin: dans des maisons de soins palliatifs.

À la maison de soins palliatifs Source Bleue de Boucherville. Une dame en fin de vie vient d'arriver pour y passer les derniers jours de son existence.

La Maison Source Bleue, une des 37 du genre au Québec, a un budget d'exploitation de 2,8 millions de dollars par année. Un million est versé par le gouvernement du Québec, le reste provient de dons du public. 190 bénévoles, 60 infirmières et préposées et sept médecins se relaient sans cesse.

L'an passé, 325 adultes ont occupé gratuitement à tour de rôle les 16 lits de la maison. Ils y restent en moyenne 15 jours avant la mort.

La mère de Marie-Claude Cartier était atteinte de cancer au cerveau est décédée dimanche dernier. Vendredi passé, son état s'est dégradé. «Ils m'ont demandé pour l'endormir dans un sommeil profond qui fait qu'elle souffre moins», raconte-t-elle.

Elle explique que contrairement aux centres hospitaliers où il n'y a qu'une infirmière pour une quinzaine de patients, à la Source Bleue, c'est une infirmière pour quatre patients.

Pour faire rouler ces maisons, il faut toutefois beaucoup d'argent et de médecins dévoués à la cause. Ils sont rares, car les étudiants en médecine font peu de stages en soins palliatifs, ont des contraintes qui les obligent à aller en cabinet, et sont beaucoup moins rémunérés pour ce genre de pratique.