/regional/estduquebec/basstlaurent

Le milieu communautaire souhaite des engagements des chefs

Vanessa Limoges | TVA Nouvelles

Des représentants des 170 organismes communautaires autonomes du Bas-Saint-Laurent se sont rassemblés à Rimouski jeudi midi pour tenter d'attirer l'attention des chefs à quelques heures du débat des chefs.

Près de 150 personnes issues du milieu communautaire, provenant des huit MRC de la région, étaient de la partie.

Ces rassemblements se tenaient simultanément dans plusieurs villes de la province à 11 h 59, dans l'espoir que jeudi soir, les chefs s'engagent à améliorer la situation du milieu communautaire.

«Ça fait des années que l'on subit un sous-financement chronique et c'est malheureux parce que l'on réalise de grandes et de belles choses. On travaille en éducation populaire, en alphabétisation, en défense collective des droits, on améliore la qualité de vie des gens au quotidien», a indiqué la porte-parole régionale du TROC du Bas-Saint-Laurent, Émilie St-Pierre.

Selon les acteurs du milieu, le secteur communautaire fait face à un manque à gagner de 475 millions $.

«Ça peut sembler beaucoup, mais c'est très peu, ça représente à peu près 0,7 % des dépenses du programme 2017-2018 du gouvernement, donc ce n'est même pas 1 % des dépenses de programme et pourtant on change la vie des gens au quotidien», a ajouté Mme St-Pierre.

Ils espèrent que les candidats des quatre principaux partis vont s'engager à réinvestir dans le milieu, notamment en bonifiant le financement et en l'indexant au coût de fonctionnement.

Les indécis au rendez-vous

Parmi les électeurs de Rimouski rencontrés par TVA Nouvelles, plusieurs ont dit que leur choix était déjà bien campé. Certains boudent le débat, alors que d'autres l'attendent pour se faire une tête.

«J'espère que ça va me donner le coup de pouce pour savoir pour qui voter, j'en ai deux, mais ils vont être obligés de me montrer le meilleur, le meilleur d'eux», a indiqué une électrice.

«Mon idée est faite et le débat n'y changera rien», a assuré un électeur.

«Je suis convaincu que je ne le regarderai pas, ça devient ridicule. Tout le monde promet n'importe quoi et en double», a lancé un autre.

«Je pense que tout le monde est partagé, ce n'est pas toujours facile, je crois que l'on doit vraiment regarder le débat pour se faire une idée», a souligné une autre électrice.

Plusieurs électeurs sont donc encore à prendre dans Rimouski, où le Parti québécois est élu sans interruption depuis 1994.

Dans la même catégorie