/finance/homepage

Selon un nouveau rapport

Le retard du Canada en intelligence artificielle aura des conséquences

Diane Tremblay

 - Agence QMI

computer data stream background

santiago silver - stock.adobe.com

Les entreprises canadiennes affichent un retard important en matière d’intelligence artificielle (IA) puisqu’elles se classent avant-dernières avec 68% de taux d’adoption parmi les pays les plus avancés dans le domaine.

Selon le rapport «AI Momentum, Maturity and Models for Success», réalisé par Forbes Insights, le taux d’adoption de l’IA au sein des entreprises canadiennes est nettement inférieur à l’Australie (78 %) et au Royaume-Uni (75 %).

Si on se fie aux résultats de cette étude réalisée en juillet dernier auprès de 305 chefs d’entreprises réparties dans plusieurs régions à travers le monde, pas moins de 72% des organisations à l’échelle de la planète ont adopté l’IA, comme Optel, de Québec, qui est un leader dans le domaine de la traçabilité.

«Je suis agréablement surpris des résultats. Je crois que l’intelligence artificielle peut aider l’humanité à survivre et à affronter les réalités auxquelles on doit faire face», a réagi Louis Roy, président et fondateur de Groupe Optel.

L’IA pour sauver le monde

«Le monde doit prendre conscience que le Canada vit un impact démographique majeur. On rentre dans l’accélération de personnes qui vont avoir besoin de plus de soins de santé. Comme il est improbable que nous vivions de grandes vagues d’immigration, la seule chose qui peut nous sauver, c’est l’intelligence artificielle et la robotisation», a-t-il dit.

Les outils d’intelligence artificielle peuvent soutenir les médecins à faire des diagnostics, à assurer la surveillance de patients et à assister les personnes âgées, a énuméré M. Roy.

«On voit des centres pour personnes âgées qui ferment à cause de la pénurie de main-d’œuvre. Il y a urgence dans l’adoption de ces technologies pour le bien-être de la population.»

Mise en garde

L’étude s’attarde également à la question de l’éthique. Il est intéressant de savoir que près de 73% des entreprises canadiennes qui utilisent l’intelligence artificielle ont mis en place des comités pour examiner son utilisation.

Le PDG de la firme montréalaise OVA, spécialisée en réalité virtuelle augmentée et en intelligence artificielle, Harold Dumur, est sensible à cette question.

«Il faut être vigilant au fait que l’IA peut apporter une sorte de contrôle sur la vision de l’utilisateur. Ce n’est plus une personne qui guide une personne. C’est l’intelligence artificielle qui la guide», a-t-il exprimé.

La transparence et la traçabilité des algorithmes contribuent à créer la confiance nécessaire à l’adoption de l’IA, mentionnent entre autres les auteurs de l’étude.

Le top 10 des chefs de file en intelligence artificielle

1. Australie 78%

2. Royaume-Uni 75%

3. Allemagne 74%

4. États-Unis 74%

5. Chine 73%

6. Japon 73%

7. Inde 72%

8. France 69%

9. Canada 68%

10. Brésil 65%

Source: Forbes Insights pour le compte de SAS, Accenture Applied Intelligence et Intel