/news/elections

Lisée ne rejette plus l’idée d’une alliance

Patrick Bellerose | Agence QMI

CAPTURE D'ÉCRAN TVA NOUVELLES

Contrairement à ce qu’il affirmait en août dernier, Jean-François Lisée refuse maintenant d’exclure une alliance avec la CAQ face à l’élection d’un gouvernement libéral minoritaire.

«On brûlera ce pont si on y arrive et je n’irai pas plus loin que ça, a commenté jeudi le chef péquiste, en marge d’une allocution devant le congrès de la Fédération québécoise des municipalités. [...] C’est une discussion qui est tellement hypothétique que je ne veux pas l’avoir.»

La veille, M. Lisée avait également refusé de fermer la porte à un tel scénario. «Je ne répondrai pas à cette question. Je vais être franc avec vous. On brûlera ce pont si on y arrive», avait-il confié au micro de l’émission Daybreak, sur les ondes de CBC Montreal. L’animateur, Mike Finnerty, lui demandait alors s’il consentirait à former une alliance avec un autre parti pour éviter un gouvernement minoritaire libéral.

«Pas envisageable»

Pourtant, le 29 août dernier, le chef péquiste rejetait catégoriquement la possibilité de faire alliance avec la CAQ dans un «gouvernement d’unité nationale». «On est en désaccord sur tellement de points essentiels que je pense que ce n’est pas envisageable. Ce n’est pas envisageable», avait-il tranché.

Dans la même veine, M. Lisée avait écarté en mai 2017 la possibilité d’une alliance avec la CAQ et QS, proposée par l’exécutif péquiste de La Prairie. «Je pense que c'est de la pensée magique pure et simple, pure et simple», avait-il lancé.

Le chef péquiste réitère toutefois qu’il s’engage, s’il est élu à la tête d’un gouvernement minoritaire, à gouverner pendant quatre ans sans déclencher d’élections hâtives pour aller chercher une majorité. «Parce ce que c’est ce que les Québécois auront demandé, dit-il. Et ça va vouloir dire de m’asseoir avec les autres partis au moment du budget ou des grandes législations, pour trouver des compromis.»

Face-à-Face de TVA

Toujours troisième dans les sondages, Jean-François Lisée estime qu’il devra demeurer «calme» jeudi soir dans le cadre du «Face-à-Face Québec 2018». «Je veux être zen, je veux être calme», dit celui est passé à l’attaque à plusieurs reprises lors des deux premiers débats de la campagne.

Les débats sont des situations tendues qui sont l’occasion pour les candidats de démontrer «comment ils résistent à la tension», estime le chef péquiste.

Sondages

Un récent sondage Léger-LCN démontre que le PQ, à 21%, n’a pas profité du recul des intentions de vote pour la CAQ.

Malgré cela, Jean-François Lisée se montre toujours aussi confiant de ses chances de l’emporter le 1er octobre prochain. «C’est comme si on était au jour 1 de la campagne, dit-il. Au jour 1 de la campagne, la CAQ était loin en avance, maintenant, la CAQ est dans une spirale négative. Les gens commencent à trouver que les propositions du Parti québécois sont crédibles et intéressantes. Il y a énormément de gens qui disent ‘‘c’est probable que je change d’avis’’», souligne-t-il.

Dans la même catégorie