/news/currentevents

Des sinistrés témoignent de la violence de la tornade

Agence QMI

Beaucoup de gens qui ont vu la tornade de près ont craint pour leur vie, en fin d’après-midi vendredi, dans le quartier Mont-Bleu de Gatineau et du côté du secteur Dunrobin à Ottawa.

À LIRE ÉGALEMENT

Tornade à Gatineau: des centaines de sinistrés

La dévastation à Gatineau vue de l'hélicoptère TVA Nouvelles

Tous les chefs convergent vers Gatineau

Tornade à Gatineau: Québec donnera 1 M $ à la Croix-Rouge

Au lendemain du drame, des sinistrés ont témoigné de la violence du phénomène météo, alors que les autorités s’affairaient à mesurer l’ampleur des dégâts et à sécuriser les lieux durement touchés.

André Levasseur, qui réside dans le quartier Mont-Bleu a craint pour sa sécurité et celle de sa femme et de sa fille. Il a toutefois eu la chance d’être l’un des seuls dont la maison a été épargnée sur sa rue.

«C’est l’enfer. C’est la guerre! [...] Beaucoup de gens n’ont plus rien», a témoigné M. Levasseur en entrevue à TVA Nouvelles.

Une femme prénommée Michelle a été légèrement blessée par la tornade. «J’avais peur, je braillais, j’ai jamais vu ça, a-t-elle dit. On a vu des chars tourner, des tables de pique-nique qui rentraient dans les fenêtres. J’ai craint pour ma vie, car ça n’arrêtait pas.»

La dame a été projetée au sol par la force du vent et a été blessée à la main ainsi qu'à la jambe par des morceaux de miroir.

Une femme qui vit dans un immeuble à logements du quartier Mont-Bleu s’estime chanceuse en fin de compte, même si elle ne pouvait pas retourner chez elle samedi après-midi.

«Nous avons été évacués hier. Je suis partie avec ce que j'avais sur le dos, a-t-elle témoigné. Malheureusement, aujourd’hui, on n’a pas accès à notre logis, on permet de passer seulement à ceux qui ont des animaux ou qui ont besoin de leurs médicaments. Je suis une des chanceuses, j’étais au rez-de-chaussée, alors ce qui a été emporté ce sont mes meubles de jardin et mes pots de fleurs, je n’ai rien eu à l’intérieur.»

Toujours à Gatineau, une femme a eu très peur lors du passage de la tornade et elle cherche maintenant son chat.

«Il y a eu explosion de vitres partout, c’est vraiment intense, ça fait peur. Je suis encore un peu sous le choc, je reviens ici et j’ai un peu des tremblements, je ne suis pas très à l’aise. Mon chat est pris en haut. Et je veux la sortir, je ne repars pas sans elle. [...] Ceux qui pensent que les changements climatiques ce n’est pas vrai, ils sont dans les patates. Il n’y a jamais eu de tornade en Outaouais et là il y a toutes sortes de tempêtes bizarres. Il faut que la Ville [de Gatineau] ait un meilleur plan pour les catastrophes comme ça.»

Pour sa part, Joseph Lafreniere, un résident du secteur Dunrobin à Ottawa, a été durement frappé, sa maison et son terrain ayant subi de lourds dommages.

«La maison est encore là, le toit est parti. Le terrain, tout est détruit, j’avais peut-être cinquante gros chênes sur mon terrain et tout est parti. J’ai juste eu le temps de sauter dans la maison, prendre mes enfants de cinq mois et de moins de trois ans, et de nous mettre à l’abri ma femme et moi. On s’est mis dans les cadres de porte et personne n’a été blessé. On a sécurisé la maison hier, mais là on nettoie.»

Dans la même catégorie