/news/law

Agression en 2017

Il est sur la liste des délinquants sexuels à 22 ans

Antoine Lacroix | Journal de Montréal

Un étudiant qui a abusé de sa voisine de chambre intoxiquée au Four Loko lors d’une fête se retrouvera dans le registre des délinquants sexuels jusqu’à ce qu’il soit âgé de 32 ans.

Thomas Boivin, 22 ans, avait été déclaré coupable d’agression sexuelle en mai, même s’il avait juré en cour que la femme saoule était «pas mal après lui».

«Il n’y a jamais eu de consentement de [la part de la victime], à quelque moment que ce soit, aux actes sexuels, a tranché le juge Martin Gagnon. [Thomas Boivin] a nettement fait preuve d’insouciance ou d’aveuglement volontaire.»

Il l’a récemment condamné à huit mois d’emprisonnement. Une fois sorti de prison, il sera en probation 24 mois, dont 18 sous surveillance avec un agent de probation. Le natif de Chicoutimi devra également remettre un échantillon de son ADN.

En février 2017 à Rimouski, la victime, dont l’identité est protégée par le tribunal, s’était réunie avec quelques amis et ils ont consommé de l’alcool.

Au cours de sa soirée, elle boit quelques shooters et près de quatre Four Loko, cette boisson controversée à haute teneur en alcool (11,9 %) et en sucre qui plaît particulièrement aux jeunes.

Après la nuit bien arrosée, la victime soutient qu’elle est retournée à sa chambre et qu’elle s’est endormie presque immédiatement.

«Ça va aller»

À une heure indéterminée, elle se réveille, car un homme lui serre les poignets.

«Ben non, inquiète-toi pas, ça va aller», a dit Thomas Boivin à sa victime pendant qu’il l’agressait sexuellement. Celle-ci n’a que de vagues souvenirs de l’agression.

Ce n’est qu’après avoir dégrisé qu’elle réalise avec horreur qu’elle est à moitié nue et que Boivin est couché derrière elle. Ébranlée et en pleurs, elle quitte la chambre pour aller rejoindre un ami afin de lui confier ce qui vient de se produire.

Lors du procès, le juge a balayé du revers de la main la version de Boivin, la qualifiant «d’invraisemblable, de déraisonnable et de trompeuse», lui qui affirmait que sa victime s’était jetée sur lui en initiant la relation sexuelle.

Le verdict sera porté en appel par Thomas Boivin, qui est détenu depuis deux semaines.

«La chute a été brutale. [...] On visait une absolution, a indiqué son avocat, Bruno-Grabriel Vargas. Il s’agit d’un choc pour mon client, qui n’a pas d’antécédents. Le risque de récidive est très faible. Avec le recul, il a exprimé des regrets face à la situation.»

Dans la même catégorie