/regional/troisrivieres/mauricie

La tornade de Gatineau rappelle de mauvais souvenirs à Maskinongé

Amélie Marcoux | TVA Nouvelles

Alors que les gens de Gatineau se relèvent du passage d'une tornade dévastatrice vendredi, ceux de Maskinongé se remémorent tout ce que ça implique.

Le 27 août 1991, une tornade aussi violente, de catégorie F-3, avait ravagé tout le cœur du village. Les événements se sont produits il y a 27 ans, mais ceux qui ont été touchés de prês s'en rappellent comme si c'était hier.

C'est le cas d'une résidente de Maskinongé, dont la maison se trouvait dans la trajectoire de la tornade. Andrée Lemire se souvient qu'elle avait évité le pire avec ses trois enfants.

«On est rentrés dans la maison et on voyait passer les chaises, des morceaux de toitures. C'était épouvantable! Les vitres ont cassé», se remémore-t-elle.

Soixante pour cent des bâtiments du village ont été abîmés par la force du vent qui a soufflé de 260 à 300 km à l'heure. Yvon Picotte était député de Maskinongé à l'époque. Il décrit ce qu'il avait vu en hélicoptère.

«C'était un champ de guerre! Il n'y avait pas de place pour qu'on puisse secourir en auto les gens. Il fallait se servir des moyens du bord», se remémore-t-il.

Le clocher de l'église, arraché par le passage de la tornade, reste une image forte pour de nombreux citoyens. Pourtant, le clocher tenait avec des matériaux très solides, «des poteaux 12 par 12», se rappelle Yvon Bellemare, un autre sinistré de la tornade de 1991 qui était grimpé dans le clocher pour aller voir les dommages.

Tout comme à Gatineau, il n'y avait pas eu de mort, mais le traumatisme demeure. D'où ce conseil aux nouveaux sinistrés formulé par l'ancien député: «C'est bien important qu'ils évacuent ce qu'ils ont vécu parce que c'est atroce.»

Yvon Picotte connait des gens de Maskinongé qui ont encore très peur chaque fois qu'ils entendent de forts vents. Il regrette de ne pas avoir offert de l'aide psychologique aux sinistrés. «Ce n'était pas la mode à cette époque-là», dit-il.

Heureusement, les tornades classées F-3 sont très rares. Environnement Canada n’en a répertorié que sept depuis 1975.

Dans la même catégorie