/misc

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale mal préparé, selon la CSN

Dominique Lelièvre | Agence QMI

Journal de Québec

Alors que la pénurie de main-d’oeuvre frappe durement le milieu de la santé, la CSN s’est inquiétée, lundi, que ses membres fassent les frais d’un manque de préparation du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale (CIUSSS-CN).

«Alors qu’ils savaient que la question de la pénurie s’en venait, [les gestionnaires] n’ont pris aucune mesure pour essayer d’y répondre», a accusé la présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches de la CSN, Ann Gingras.

Le conseil central en veut pour preuve une crise vécue au Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI) qui aurait conduit à un manque de couverture «criant» durant la période des vacances estivales.

«Pointe de l’iceberg»

En début d’été, on pouvait compter, certaines fins de semaine, jusqu’à 50 quarts de travail d’éducateurs spécialisés à découvert dans les résidences. Le CIUSSS-CN aurait alors cherché à forcer des intervenants oeuvrant dans d’autres unités du CRDI à y travailler la fin de semaine.

Ce plan de contingence «a complètement démobilisé et découragé les membres», selon François Proulx-Duperré, du Syndicat des professionnels et des techniciens de la santé et des services sociaux (SPTSSS-CSN).

La situation aurait pris du mieux grâce à des mesures alternatives proposées par le syndicat pour encourager le volontariat et pour payer les employés en temps supplémentaire.

«Pour nous, le CRDI, c’est la pointe de l’iceberg. C’est le début de ce qu’on va vivre dans les prochaines années», craint M. Proulx-Duperré.

Le CIUSSS-CN se défend

Invité à commenter les affirmations de la CSN, le CIUSSS-CN se défend d’avoir travaillé en vase clos pour établir son plan de contingence au CRDI cet été et de ne pas être préparé pour l’avenir.

«On a interpellé le syndicat en expliquant que pour nous, ce n’était pas une mesure d’économie et que c’était vraiment d’assurer qu’il y ait des services qui se donnent», a soutenu la responsable des programmes du CRDI, Lisane Boisvert. «On a des mesures structurantes à moyen et à long terme qui vont nous éviter des situations de pénurie comme ça [à l’avenir]», a-t-elle assuré.

Le CIUSSS-CN met de l’avant ses efforts de recrutement qui lui ont permis d’embaucher 2300 personnes l’an dernier. Malgré tout, quelque 600 postes sont toujours à pourvoir sur l’ensemble de son territoire.