/news/society

Une première mondiale pour déboucher les artères

Hugo Duchaine | Agence QMI

Un cardiologue de Montréal est le premier au monde à utiliser un minuscule marteau-piqueur pour débloquer les artères et éviter les opérations à cœur ouvert.

Cet outil médical inventé par des chercheurs québécois est un fil en titane qui se faufile dans les vaisseaux sanguins et défonce les blocages de calcium et de gras grâce à une impulsion mécanique.

«C’est très prometteur», se réjouit le Dr Stéphane Rinfret, directeur du Programme de cardiologie interventionnelle au Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

 

Pour l’instant, il ne s’agit que d’une étude. Mais bientôt, des essais seront aussi menés aux États-Unis, à New York, sur 150 patients d’ici deux ans.»

Sans chirurgie ni anesthésie, le Dr Rinfret insère le fil-guide d’un tiers de millimètre dans les vaisseaux sanguins. Une fois le blocage de calcium et de gras atteint dans l’artère, l’équipement émet des ondes qui propulsent le fil comme un marteau-piqueur.

Il donne ainsi une série de petits coups, qui percent un trou laissant passer le sang, dans des artères qui pouvaient être obstruées depuis des décennies.

Plus sécuritaire

La technique est révolutionnaire, selon le Dr Rinfret, car elle multiplie les chances de succès tout en étant plus sécuritaire.

Auparavant, il utilisait des fils, parfois raides comme des broches à tricoter ou souples comme des cheveux, et devait lui-même pousser pour créer un passage, mais en évitant de percer l’artère ou de la briser.

Cette façon de faire est appelée une angioplastie de désobstruction d’une occlusion chronique totale (CTO), et seuls une poignée d’experts dans le monde en sont capables.

C’est pourquoi jusqu’à la moitié des tentatives se soldent par un échec, explique le Dr Rinfret. Or, cette nouvelle technologie pourra aider même les cardiologues moins expérimentés.

Mur de briques

«C’est comme essayer de faire passer un spaghetti cuit à travers un mur de briques», décrit Martin Brouillette, pour résumer le défi des médecins qui veulent débloquer des artères actuellement.

Il est le cocréateur du fil-guide et fondateur de l’entreprise SoundBite.

Aussi professeur à l’Université de Sherbrooke, M. Brouillette a inventé cette technologie avec deux étudiants au doctorat, d’abord pour éliminer les pierres du rein.

Leur fil-guide a déjà fait ses preuves pour débloquer les artères des jambes, et les artères du cœur sont maintenant la prochaine étape.

«Une sacrée différence» chez les patients

«Ça n’a pas fait une différence, mais une sacrée différence !», lance en riant le premier cobaye au monde sur qui le marteau-piqueur pour défoncer les artères bloquées a été testé en juin.

Âgé de 74 ans, Marc-Daniel R’bibo avait de nombreuses artères complètement bouchées. Son sang circulait si difficilement, qu’il était essoufflé après seulement «deux ou trois pas».

Mais hier, trois mois après deux procédures permettant d’ouvrir huit blocages dans ses artères, il se déplaçait dans le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) sans problème et ne fait plus d’angine.

Les yeux brillants de fierté, il se vante d’être le «numéro 1 mondial» et assure n’avoir jamais eu de craintes.

Cette nouvelle technologie était son seul espoir, puisque sa santé était trop fragile pour lui permettre de passer sous le bistouri afin d’avoir de nouveaux pontages. Il avait subi cette chirurgie il y a 17 ans, mais comme c’est le cas de nombreux autres patients, ses vaisseaux sanguins s’étaient rebouchés.

Bloquée depuis 28 ans

D’ailleurs, la moitié des patients traités au CUSM pour des artères obstruées ont déjà subi des pontages coronariens.

Mardi, le fil-guide était testé sur un troisième patient. L’artère coronaire droite de Frédéric Donelle, âgé de 77 ans, était bloquée depuis 28 ans, raconte le spécialiste Stéphane Rinfret.

Couché sur une civière quelques minutes avant la procédure, l’aîné n’était pas inquiet. «Je vais sortir d’ici en marchant !», a-t-il lancé.

Dans la même catégorie