/news/society

Cérémonie pour honorer ceux qui ont donné leur corps à la science

TVA Nouvelles

Chaque année, des dizaines de personnes choisissent de donner leur corps à la science au moment de leur décès. Pour souligner cet apport, l'Université Laval a organisé une cérémonie toute particulière à la mémoire des défunts.

Vingt-quatre chandelles en mémoire de chaque homme et femme qui ont fait don de leur corps à la science et pour l'avancement des connaissances.

«C'est un de ses choix aussi, qu'il voulait vraiment faire avancer la science. Et c'est vraiment une grande fierté pour lui et pour nous aussi», explique Stéphanie Doucet, fille d'un donneur.

Les soeurs Doucet sont fières de leur père. Décédé à 63 ans, il y a deux ans et demi, il a fait don de son corps à la Faculté de médecine.

«Oui, ça fait revivre un deuil. Mais ç'a remonté une fierté aussi, de dire: bien, jusqu'au bout, il va avoir été généreux», Maryse Doucet, fille d'un donneur.

Ces corps servent notamment aux futurs médecins, mais aussi à ceux qui étudient en physiothérapie, en kinésiologie, mais aussi en dentisterie.

En moyenne, une cinquantaine de personnes font don de leur corps à l'Université Laval chaque année. Des corps que l'on garde entre trois mois et trois ans.

«Ça permet à nos étudiants en formation, d'abord, l'apprentissage des structures anatomiques. C'est exactement ce que le corps va servir à faire, pour les différents étudiants, de différentes disciplines au sein de la faculté», explique le Dr Louis Lacombe, directeur du département de chirurgie de l'Université Laval.

L'Université Laval tient cette cérémonie chaque année pour reconnaître la valeur inestimable de ce don. Et la Faculté de médecine procède, à ses frais, à la crémation. Ultimement, soit les cendres sont remises aux familles, soient mises en terre dans le lot de l'Université Laval, au cimetière Belmont.

«C'est une reconnaissance pour ces hommes et ces femmes-là, qui ont accepté de donner leur corps, pour qu'il puisse être utilisé pour la formation de futurs professionnels de la santé. Et une reconnaissance également envers les familles, qui ont accepté qu'on respecte cette volonté-là de leur membre de la famille», conclut Julien Poitras, doyen de la faculté de médecine.

Tous les détails sur le programme de l'Université Laval.