/finance/consumer

Compter sur la chance pour bâtir sa caisse de retraite

Emmanuelle Gril | Journal de Montréal

Portrait d'un couple de seniors souriants au bord de la plage

auremar - stock.adobe.com

Trop de Québécois comptent encore sur la pensée magique pour leur retraite. D’ailleurs, à peine plus de la moitié ont déjà fait le calcul des montants dont ils auront besoin pour avoir un revenu raisonnable à cette étape de leur vie.

Même si la grande majorité des Québécois disent épargner chaque année pour leur retraite, la plupart d’entre eux mettent des montants de côté sans trop savoir si cela sera suffisant au bout du compte.

«Notre plus récent sondage sur la sensibilisation à l’importance de la planification financière à la retraite indique que 85 % des répondants économisent sur une base annuelle et que 63 % estiment qu’ils épargnent suffisamment pour leur retraite», précise Francis Bernier, agent de recherche à la Direction de la statistique et de l’analyse quantitative chez Retraite Québec.

Néanmoins, seulement 55 % disent avoir calculé ou fait calculer ce qu’ils devraient épargner chaque année pour avoir un revenu suffisant à la retraite.

Ce sondage a été réalisé en mars 2017 auprès de travailleurs québécois, âgés de 35 à 54 ans, dont le revenu annuel était supérieur à 25 000 $.

Sûrs d’eux...

Pourcentage plus faible encore, seuls 48 % des répondants disent avoir rencontré un spécialiste pour les aider à planifier leur retraite, selon le sondage mené par Retraite Québec.

Paradoxalement, les Québécois semblent relativement sûrs d’eux lorsqu’on les interroge sur leurs plans une fois qu’ils auront quitté la vie active.

Ainsi, plus de 70 % estiment qu’ils auront des revenus suffisants, près de 87 % savent d’où proviendront ces revenus et plus de 62 % ont pris le temps de réfléchir à leurs projets de retraite et à leurs besoins financiers. La grande majorité (84 %) dit même savoir quelles actions prendre pour répondre à ses besoins financiers à la retraite.

... mais pas préparés

Ces chiffres masquent une autre réalité, puisqu’à peine 30 % des répondants affirment avoir déjà utilisé un outil de calcul sur internet pour les aider à planifier financièrement leurs vieux jours.

À ce chapitre, les hommes semblent toutefois plus proactifs que les femmes, car 36 % d’entre eux ont eu recours à un calculateur en ligne comparativement à 23 % pour les femmes. Enfin, plus du quart des personnes interrogées (28 %) ont mentionné que la planification de retraite ne faisait pas partie de leurs préoccupations actuelles.

«La retraite se prépare longtemps à l’avance et il faut avoir un plan. Il en va de la responsabilité de chacun de calculer combien ils auront besoin», rappelle Francis Bernier. Autrement dit, on ne peut pas compter sur la chance pour ses vieux jours...

Conseils

Faites vos calculs et utilisez les outils de simulation disponibles en ligne pour évaluer vos besoins à la retraite, par exemple SimulR ou SimulRetraite, proposés sur le site de Retraite Québec (retraitequebec.gouv.qc.ca, cliquez sur Retraite et planification, puis sur Outils de planification).

La meilleure façon de mettre de l’argent de côté sans stresser ? Programmez des prélèvements automatiques sur votre compte bancaire. À la fin de l’année, vous aurez cotisé à votre REER sans même avoir eu à vous en préoccuper !

Si vous avez reçu une augmentation de salaire, déposez systématiquement ce montant supplémentaire dans un compte épargne ou versez-le dans un REER ou un CELI. Puisque vous parveniez à vivre sans cette somme auparavant, il sera facile de continuer sur votre lancée.