/finance/homepage

Médias

Quatre anciens journaux de Transcontinental disparaissent

Sylvain Larocque | Agence QMI

digitale Medien

Tobif82 - stock.adobe.com

Cinq mois après la vente de 30 journaux de Transcontinental à la firme Métro Média de l’homme d’affaires Michael Raffoul, quatre d’entre eux ont cessé leurs activités, trois ont réduit leur fréquence de parution et deux ont fusionné.

«L’Express d’Outremont» et «L’Express de Mont-Royal» ont publié leur dernière édition jeudi. Pendant l’été, «Le Plateau» et «Le Progrès de Villeray/Parc-Extension» avaient discrètement fait de même. Cette dernière publication a été remplacée par le mensuel «Quartier V», qui contient de la publicité locale, mais pas de contenu local.

«C’est mal pour la démocratie parce qu’on se complétait», a réagi René Soudre. Fondateur de «L’Express d’Outremont» en 1992, il est aujourd’hui éditeur d’un concurrent, «Le Journal d’Outremont».

De plus, trois journaux – «Nouvelles Hochelaga-Maisonneuve», «La Voix Pop» et «Le Courrier Bordeaux-Cartierville» – sont désormais publiés toutes les deux semaines. Enfin, le «Messager de Verdun» et le «Magazine Île-des-Sœurs» ont fusionné.

Aide additionnelle?

Johanna Pellus, du syndicat des journalistes de Métro Média, craint des licenciements.

Le directeur des opérations de l’entreprise, Yves Bédard, n’a pas voulu commenter la situation jeudi.

La présidente de la Fédération nationale des communications, Pascale St-Onge, souligne que les journaux souffrent de la décision de plusieurs municipalités de ne plus publier les avis publics dans leurs pages, ce que Québec permet depuis quelques mois.

La syndicaliste presse Ottawa d’aller plus loin que le programme d’aide au journalisme local annoncé en février.

«On parle de 50 millions $ sur cinq ans, ce qui représente 1 million $ par année par province», a-t-elle déploré.