/news/law

Coaticook

4 mois de prison pour cruauté animale

Alex Drouin | Journal de Montréal

ALEX DROUIN/JOURNAL DE MONTRÉAL

Un homme de l’Estrie qui disait nourrir suffisamment ses deux chiens et son chat en leur donnant du steak de chevreuil et de la tourtière a écopé de quatre mois de prison pour cruauté animale, une peine rare.

Stéphane Houle, de Coaticook, a été reconnu coupable en mai d’avoir fait souffrir inutilement ses trois animaux de compagnie et d’avoir volontairement négligé de leur fournir des aliments, de l’eau, un abri et des soins convenables entre novembre 2016 et avril 2017.

L’homme de 47 ans a reçu sa sentence vendredi au palais de justice de Sherbrooke.

«On vient d’avoir une démonstration de l’application de la loi ce matin [vendredi] puisqu’il n’y a pas beaucoup de jugements en matière d’animaux au Québec», a expliqué la procureure aux poursuites criminelles Émilie Baril-Côté.

Cette dernière souhaite que cette cause fasse jurisprudence dans la province.

Tout au long du procès, Houle a expliqué qu’il avait bien nourri ses animaux, mais le juge Serge Champoux ne l’a pas cru.

«L’un des chiens était d’une maigreur extrême», a indiqué le juge en parlant d’Ozzy, un cane corso. Cette race pèse généralement de 70 à 80 lb.

Lorsque la bête a été remise à la Société protectrice des animaux (SPA), elle n’en faisait que 35.

Jurisprudence

Quand le juge Champoux a mentionné qu’il ne croyait pas la version de Houle, qui prétendait avoir nourri ses animaux, l’accusé a simplement bougé la tête de gauche à droite, en signe de négation.

Lorsque le juge l’a informé qu’il passerait quatre mois en prison, Houle n’a pas dit un mot.

«C’est un avancement pour la cause des animaux et je ne me rappelle pas avoir vu une personne écoper de quatre mois de prison pour de la cruauté», a noté la constable spéciale avec la SPA-Estrie, Tanya Robinson, qui compte environ 20 ans de métier.

L’accusé ne pourra pas posséder d’animaux pour les 10 prochaines années.