/regional/sherbrooke/estrie

Recours à des coachs de vie

L’Ordre des psychologues appelle à la prudence

Jasmin Dumas | TVA Nouvelles

TVA Nouvelles rapportait jeudi l’expérience vécue par une fillette de 8 ans qui a été incitée à marcher sur des braises ardentes sur les conseils d'un coach de vie. Au lendemain de la diffusion ce reportage, l'Ordre des psychologues du Québec a appelé à la prudence à l’égard de ce type de consultation.

Des coachs de vie, on en trouve facilement sur le web et de tous les genres. «Il peut y en avoir de très bons, mais il y en a aussi qui ne sont pas du tout qualifiés et qui font un peu n'importe quoi», a souligné vendredi la présidente de l'Ordre des psychologues du Québec, Dre Christine Grou.

Elle prévient que même les meilleurs coachs de vie ont leurs limites. «Quand on parle de coaching, c'est de l'accompagnement d'une personne pour qu'elle atteigne des objectifs professionnels ou personnels par exemple. Ce n'est pas un traitement pour quelqu'un qui est en détresse psychologique.»

L'Office de la protection du consommateur (OPC) émet également une mise en garde. «Le métier de coach de vie n'est encadré d'aucune façon. N'importe qui peut se prétendre coach de vie», a mentionné le porte-parole de l'OPC, Charles Tanguay.

Mais les consommateurs sont quand même protégés par la loi, selon M. Tanguay. «Au même titre que des cours de cuisine ou de karaté, il y a des règles à suivre», a-t-il dit.

Par exemple, dans la Loi sur la protection du consommateur, on peut lire:

Le taux horaire, le taux à la journée ou le taux à la semaine doit être le même pour toute la durée du contrat.

Le commerçant ne peut percevoir de paiement du consommateur avant de commencer à exécuter son obligation.

Le consommateur peut, à tout moment et à sa discrétion, résilier le contrat.

Dans la même catégorie