/news/society

«De villes en villages pour le droit au logement»

La marche du FRAPRU pour le droit au logement se termine à Québec

Agence QMI

La marche «De villes en villages pour le droit au logement» du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), partie d’Ottawa au début du mois, est arrivée à destination, samedi.

En matinée, les marcheurs ont entrepris la dernière portion de leur trajet en partant du quartier Cap-Rouge, à Québec, pour se rendre devant l’Assemblée nationale dans le cadre de leur activité de sensibilisation au droit au logement.

 

L’arrivée à la veille des élections n’est pas un hasard. Le regroupement se désole que les principaux partis politiques qui pourraient remporter le scrutin lundi continuent d'ignorer ce qu'il qualifie de crise permanente du logement.

Le FRAPRU réclame la construction de 50 000 nouveaux logements sociaux en cinq ans, l'amélioration du programme AccèsLogis et des investissements supplémentaires de 30 millions $ dans le soutien communautaire. Il demande aussi une reconnaissance formelle du droit au logement dans un code provincial du logement et un contrôle obligatoire des loyers.

Parties d’Ottawa le 2 septembre dernier, une centaine de personnes ont parcouru les 550 kilomètres qui séparent la capitale fédérale à la capitale nationale québécoise. Elles étaient rejointes, à chaque étape, par d’autres militants du droit au logement. À la fin de la marche samedi, près de 200 personnes étaient rassemblées devant l’Assemblée nationale.

La marche a traversé plusieurs régions du Québec, soit l’Outaouais, les Laurentides, Laval, Montréal, la Montérégie, Lanaudière et l’ouest de la région de Québec. Une cinquantaine de municipalités ont été visitées.