/news/elections

Défaite historique du Parti québécois

Patrick Bellerose | Journal de Québec

À l’aube de son cinquantième anniversaire, le Parti québécois a connu lundi soir son pire résultat électoral depuis 1976. Son chef, Jean-François Lisée, a même été défait dans sa circonscription de Rosemont par le solidaire Vincent Marissal.

Au moment d’écrire ces lignes, les troupes de Jean-François Lisée avaient obtenu 9 sièges et environ 17% des votes. Au déclenchement de la campagne électorale, le PQ comptait 28 députés.

Comme le PQ n'a pas obtenu 12 sièges ou 20% du vote populaire, il est à risque de perdre son statut de parti reconnu à l’Assemblée nationale qui lui garantit un temps de parole à l’Assemblée, ainsi que des budgets de recherche pour son travail d’opposition.

Si Jean-François Lisée a mordu la poussière, sa vice-cheffe, Véronique Hivon, a été réélue dans Joliette. Après avoir fait campagne aux côtés du chef, celle-ci sera en bonne position dans l’éventualité d’une course à la chefferie.

Plusieurs ténors du parti ont mordu la poussière lundi soir. Alain Therrien dans Sanguinet, Nicolas Marceau, dans Rousseau, devraient être défaits par des candidats de la CAQ. Même la circonscription de Verchères, péquiste depuis 1976, pourrait passer dans le camp de François Legault.

Québec solidaire a aussi fait mal aux troupes péquistes. À Montréal, Carole Poirier a été délogée par le solidaire Alexandre Leduc. À Québec, Taschereau, autrefois représentée par Agnès Maltais, est passée aux mains de la solidaire Catherine Dorion.

Outre Joliette, les gains du PQ se concentrent dans l’est du Québec, soit au Saguenay, dans le Bas-du-Fleuve, sur la Côte-Nord et en Gaspésie.

Ambiance mortuaire

Alors que Québec solidaire tient son événement dans une salle pouvant accueillir 2 000 personnes, la soirée électorale du PQ avait lieu à l’Usine C dans une salle pouvant recevoir un maximum de 500 invités. L’endroit s’est d’ailleurs rempli au compte-gouttes en début de soirée.

 

Les militants semblaient résignés, si bien que la foule n’a pas réagi lors de l’annonce d’un gouvernement de la CAQ. Quand une majorité a été confirmée, le son des télévisions a été remplacé par une chanson de Daniel Bélanger alors que les images des caquistes en liesse défilaient sur les écrans.

Le chef péquiste Jean-François Lisée a attendu les résultats électoraux à l’hôtel Hyatt Regency en compagnie de sa conjointe, Sylvie Bergeron, sa fille Marianne, ainsi que sa directrice de campagne, France Amyot.

«Le grand défi du parti, c’était de représenter le changement que les Québécois ont demandé», a commenté la présidente du PQ, Gabrielle Lemieux, avant le dévoilement des premiers résultats.

Le résultat de lundi soir aura un goût amer pour le PQ, qui soulignera le 50e anniversaire de sa fondation le 11 octobre prochain.