/news/society

La Ville de Québec interdira le cannabis dans tous les lieux publics

Jean-Luc Lavallée | Agence QMI

marijuana

Simon Clark/Agence QMI

La Ville de Québec opte elle aussi pour la ligne dure sur le cannabis. Comme Lévis et L’Ancienne-Lorette, elle interdira la consommation du pot dans tous les lieux publics, faisant fi des recommandations de la santé publique.

Les policiers de la Ville de Québec seront responsables de l’application du règlement, tant dans les parcs que dans la rue. Les contrevenants s’exposeront à des amendes de 150 $ jusqu’à 1 000 $ en cas de récidive.

«La Ville de Québec adopte une approche plus restrictive, plus conservatrice dès le départ quitte à réviser plus tard sa réglementation», a déclaré le maire Régis Labeaume lors d’une conférence de presse en matinée à l’hôtel de ville, en prévision de la légalisation officielle du cannabis au pays le 17 octobre prochain.

Rappelons que les municipalités ont le pouvoir d'encadrer l'usage de cette drogue sur leur territoire. «Comme plusieurs autres villes de la province, la position de la Ville (de Québec) sera la suivante: Il sera interdit de fumer ou de vapoter du cannabis dans une rue ou dans un endroit public au même titre que la consommation d’alcool», a-t-il résumé.

La semaine dernière, le directeur de santé publique de la Capitale-Nationale, le Dr François Desbiens, avait pourtant enjoint les municipalités à éviter l’adoption de règlements plus restrictifs que ce que la loi provinciale prévoit déjà. Le DSP craint que ce type de règlement municipal, trop sévère à ses yeux, ait pour effet de confiner les gens à l’intérieur de leur domicile et d’exposer davantage de citoyens vulnérables à la fumée secondaire.

Règlement évolutif

«Il y a une question de santé, mais il y a aussi une question d’acceptabilité sociale», a rétorqué le maire Labeaume. «C’est un phénomène qu’on ne connaît pas. On y a pensé longtemps. Ça nous semblait la position la plus responsable», a-t-il renchéri, promettant de modifier le règlement au besoin d’ici 18 mois.

Un comité élargi, qui regroupe divers intervenants des services municipaux, du secteur de la santé, du monde universitaire et du milieu communautaire, effectuera une veille et pourra soumettre des recommandations à la Ville.

«On va s’ajuster éventuellement, dépendamment comment c’est reçu par la population. Ce qu’on dit aux gens, c’est que si vous avez à consommer du cannabis, consommez-le à la maison, vous n’êtes pas obligés de le consommer en plein milieu de la rue.»

Plaines d’Abraham

Sur les terrains fédéraux, comme la Baie de Beauport (Port de Québec) et les plaines d’Abraham, où se déroulent plusieurs évènements festifs, le même règlement s’appliquera, a également précisé le maire. «On va faire confiance au jugement des policiers».

«Quand un règlement est en vigueur, le rôle d’une organisation policière, c’est de le faire respecter et c’est ce que nous allons faire», a renchéri le chef de la police de Québec, Robert Pigeon, à ses côtés.

Les élus municipaux seront appelés à se prononcer, mardi soir, sur le projet de règlement qui sera déposé lors de la séance du conseil municipal. La Ville tiendra un plénier avec tous les élus au sujet du cannabis, ce vendredi.