/regional/montreal/montreal

Des élus de l’opposition s’inquiètent du silence de Montréal

Yves Poirier | TVA Nouvelles

À 14 jours de la légalisation du cannabis, des élus de l’opposition officielle en ont assez d’attendre le plan de match de l’administration Plante au niveau de l’encadrement de la consommation.

À LIRE ÉGALEMENT

Desjardins change de cap et investira aussi dans le cannabis

Le Québec va rater le tourisme du cannabis

Le cannabis interdit sur les campus

Il faudra donc s’attendre à une certaine confusion sur le territoire montréalais relativement aux endroits où on pourra ou non fumer : l’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro a déjà modifié l’interdiction de fumer dans les parcs. Quant à Montréal-Nord, Saint-Léonard et Riviere-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, ils sont en train d’élaborer une règlementation afin d’encadrer, à divers degrés, la consommation de cannabis dans les lieux publics.

En conférence de presse mercredi, à l’hôtel de ville de Montréal, des maires d’arrondissements et élus de l’opposition ont dénoncé «le manque de préparation» de l’administration Plante dans ce dossier.

«On ne connaît toujours pas la somme que le gouvernement du Québec versera à la Ville de Montréal pour subvenir aux besoins additionnels en lien avec la légalisation du cannabis. Par ailleurs, le comité d’experts mandaté par la mairesse Plante en novembre 2017 n’a toujours pas remis de rapport ou de recommandation. Pendant ce temps, nos citoyens nous posent des questions et nous demandent d’agir. En modifiant les règlements, les citoyens qui fumeront du cannabis dans les parcs de nos arrondissements s’exposeront à des amendes variant entre 100$ et 1000$», a indiqué Alan DeSousa, maire de l’arrondissement de Saint-Laurent.

La municipalité devrait rendre public son plan la semaine prochaine en conférence de presse.

Dans la même catégorie