/news/elections

Les jeunes de 18 à 21 ans pourront temporairement acheter du pot

Geneviève Lajoie

 - Agence QMI

Les jeunes Québécois de 18 à 21 ans pourront temporairement acheter du pot, avant que le gouvernement Legault ne leur serre la vis.

Fraîchement élu, le gouvernement de la CAQ ne pourra les empêcher à court terme de consommer du cannabis. À compter du 17 octobre, la loi fédérale permettra aux Canadiens d'acheter et de consommer du pot.

François Legault doit d’abord mettre en place son gouvernement avant de pouvoir adopter une loi pour interdire aux jeunes de 18 à 21 ans de se procurer du cannabis, comme il s’est engagé à le faire.

À LIRE ÉGALEMENT

Des élus de l’opposition s’inquiètent du silence de Montréal

Le Québec va rater le tourisme du cannabis

Le cannabis interdit sur les campus

«La conjonction des dates fait en sorte que oui, il y a une période où on doit appliquer légalement la loi qui aura été adoptée par le précédent gouvernement», a convenu mercredi la députée caquiste Geneviève Guilbault.

Cette dernière assure toutefois que la promesse de la CAQ sera respectée. «C’est un engagement électoral très clair qu’on a pris de modifier, sur le dossier du cannabis, certaines choses, dont l’âge de 18 à 21 ans, dont l’interdiction de consommation dans les lieux publics, a-t-elle insisté. On va tenir notre parole, mais effectivement, il y aura une période de transition entre les deux, où il nous est légalement impossible en ce moment de modifier la loi car il faut siéger à l’Assemblée nationale».

Boutiques de pot près des écoles

Son collègue de Borduas, Simon Jolin-Barrette, a ajouté que le gouvernement Legault interdira également les boutiques de marijuana à proximité des écoles. Encore une fois, les délais occasionnés par la transition entre le gouvernement libéral et la nouvelle administration caquiste retarderont cet engagement.

Le gouvernement Legault doit d’abord former un Conseil des ministres puis rappeler les élus en Chambre avant de pouvoir adopter des lois, ce qui ne se fera pas avant plusieurs semaines.

«Dès les premiers moments où on pourra agir, on le fera, a insisté M. Jolin-Barrette. Très certainement, la loi fera en sorte que sur les corridors scolaires, il n’y ait pas de boutique de la Société québécoise du cannabis (SQDC) qui soit établie».

Dans la même catégorie