/news/politics

Trudeau exhorté de mieux protéger les travailleuses étrangères domestiques

Christopher Nardi

 - Agence QMI

Trois partis de l'opposition fédérale ainsi qu'un groupe de syndicats exigent que le gouvernement Trudeau passe de la parole à l'acte et signe une convention qui l'obligerait à mieux protéger les travailleuses domestiques étrangères.

«La lutte pour la reconnaisse du travail domestique ainsi que la protection de ces travailleuses est en ligne droite avec les alignements du gouvernement actuel. C'est un non-sens complet si le gouvernement Trudeau ne ratifie pas cette convention», a lancé jeudi Shirley Dorismond de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ).

«Il faut que les bottines suivent les babines du gouvernement Trudeau», a martelé pour sa part la députée néodémocrate Anne Minh-Thu Quach.

Celles-ci se prononçaient lors d'une conférence de presse jeudi, qui exhortait le gouvernement Trudeau de ratifier une convention de l'Organisation internationale du travail (OIT) qui pousse les signataires à adopter certaines lois et certains règlements protégeant les travailleurs étrangers qui viennent travailler dans les maisons des Canadiens. Ceux-ci sont en grande majorité des femmes.

«Pour les organisations syndicales, cette campagne est un geste de solidarité pour les travailleuses et les travailleurs les plus précaires, qui vivent dans des conditions qui portent à l'abus, qui portent à la maltraitance, et qui font qu'elles n'ont pas les mêmes droits que l'ensemble des travailleurs [Canadiens]», a ajouté Dominique Daigneault, du Conseil central Montréal métropolitain de la CSN.

Ces intervenantes étaient accompagnées de la députée du Bloc québécois Monique Pauzé, la chef du Parti vert du Canada Elizabeth May, ainsi que d'autres représentantes de diverses organisations de défense des droits.