/news/society

Une future enseignante musulmane lance un message à François Legault

Agence QMI | TVA Nouvelles

Une future enseignante de confession musulmane dit ne pas avoir l’intention de retirer son voile une fois qu’elle se retrouvera devant une classe, comme a l’intention de l’exiger le prochain gouvernement du Québec.

Mercredi, les députés de la Coalition avenir Québec Geneviève Guilbault et Simon Jolin-Barrette ont confirmé l’intention de leur chef François Legault d’adopter rapidement un projet de loi visant à bannir le voile islamique, la kippa, le turban sikh et la croix chrétienne apparente chez les employés de l’État en position d’autorité. Les récalcitrants pourraient être congédiés ou affectés à d’autres tâches.

«Je compte garder mon voile, a dit Ichrak Nourel Hak, une future enseignante montréalaise en entrevue à TVA Nouvelles.

«Non seulement je vais garder mon voile, mais Monsieur Legault, je vais mettre mon chapeau de cowboy pour me battre pour mes droits», a-t-elle ajouté avec une touche d'humour en s’adressant directement au premier ministre élu.

Selon elle, il faut dédramatiser tout ce débat, qui menace à nouveau d’enflammer le Québec. «Il faut en rire plutôt que d’en pleurer», a-t-elle souligné.

La militante Dalila Awada, qui est à la maîtrise, ne veut pas non plus retirer son voile une fois qu’elle sera enseignante, l’un de ses rêves.

«C’est attristant, en fait, que tout tourne autour de l’apparence, et que peu importe notre compétence et notre passion, ce qui va toujours prédominer, c’est ce foulard-là», a-t-elle indiqué.

Le professeur Charles Blattberg de l’Université de Montréal a l’impression de revivre l’épisode de la Charte des valeurs québécoises du gouvernement de Pauline Marois. Il pourrait même défier les caquistes en portant sa kippa en classe et poser ainsi un geste de désobéissance civile.

«Oui, on peut le décrire comme ça. Mais quand même, je suis flexible, c’est-à-dire que ça peut être une petite kippa, donc non ostentatoire, si ça va déranger un peu moins notre futur premier ministre», a-t-il relaté.

Cri du coeur d'une Québécoise convertie à la religion musulmane

Une enseignante de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) a lancé un cri du cœur sur Facebook, jeudi, elle qui s’est convertie à la religion musulmane il y a cinq ans. Émilie Thibault, 31 ans, s’est dite choquée par les intentions de François Legault.

«Quand on parle dans les médias de me forcer à enlever mon voile par peur pour mes élèves, je suis sous le choc. Mes valeurs sont les mêmes que la majorité des Québécois: l’entraide, le partage, la compassion, le respect. J’enseigne à mes élèves de la même façon, avec ou sans mon voile. Je leur enseigne l’ouverture sur le monde, le respect des valeurs, des choix et de l’autre», a-t-elle écrit sur le réseau social, avant de retirer sa publication.

-D'après un reportage d'Yves Poirier

Dans la même catégorie