/news/politics

Ignorer les préoccupations des peuples renforce le populisme, prévient Stephen Harper

 - Agence QMI

L’ancien premier ministre canadien Stephen Harper estime que les responsables politiques doivent s’attaquer de front aux problèmes qui touchent et inquiètent leurs citoyens, et surtout éviter de se placer dans des postures de donneurs de leçons.

Dans un long texte d’opinion publié samedi dans le quotidien «The Globe and Mail», l’ex-chef des conservateurs se dit avant tout optimiste pour la suite, malgré le vent de populisme qui souffle un peu partout dans les pays occidentaux.

Cependant, averti celui qui a dirigé le Canada de 2006 à 2015, les gouvernements doivent véritablement écouter le malaise au sein de la population et ne pas y répondre avec «avec dogme et condescendance».

«Pour trop de gens, les choses ne vont pas mieux. Si nous ne commençons pas à nous attaquer à cette réalité, une politique de plus en plus dysfonctionnelle menace de nous faire prendre le mauvais chemin», confie Stephen Harper, dont la sortie de son plus récent livre est prévue mardi.

M. Harper a illustré son propos en citant plusieurs exemples récents: le vote des Britanniques pour la sortie de l'Union européenne, la montée du Front national en France ainsi que l’arrivée de nationalistes de droite en Allemagne, en Italie, en Hongrie, en Pologne et en Autriche, sans compter l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis.

Pour l’ex-premier ministre canadien, cette ère de populisme est la conséquence de cette fâcheuse tendance des élites d’ignorer, et même parfois de ridiculiser, les conséquences néfastes de décisions politiques et économiques qui ont toutefois permis des avancées notables en Occident, admet-il.

Stephen Harper note que de nombreux travailleurs ont perdu leur emploi et que des régimes d'avantages sociaux et des régimes de retraite stables et de qualité ont été sabrés.

«Par exemple, un tiers des emplois dans le secteur de la fabrication aux États-Unis a disparu au cours des trois dernières décennies. Il est également indéniable que certaines relations commerciales ont été brutalement déséquilibrées, illustre-t-il en parlant de la Chine.

«En regardant en arrière aujourd'hui, il est assez clair que des dommages à long terme ont été causés. Ce n'était pas seulement financier et économique, mais profondément social et psychologique», précise-t-il.

«Aux États-Unis et en Europe, certaines des plus grandes institutions financières ont bénéficié de plans de sauvetage et de généreuses indemnités, tandis que les citoyens ordinaires perdaient leur maison, leur emploi et leurs économies. Ces personnes ont ensuite dû écouter bon nombre de ces mêmes institutions à propos de l'ingérence du gouvernement dans leurs industries.»

«Nos dirigeants doivent accepter le fait que les mouvements populistes d’aujourd’hui ont identifié des problèmes réels dans la société occidentale. [...] Les gains d’emplois d’une relation commerciale ne peuvent pas profiter principalement à un pays et les pertes d’emplois à l’autre. Le nationalisme ne va pas et ne devrait pas disparaître, mais la coopération mondiale dans de nombreux domaines restera essentielle. Toute bonne politique d'immigration nécessite un contrôle souverain et la primauté du droit.»

M. Harper croit cependant que bien que «dangereux», ce «bouleversement populiste actuel est en réalité bénin» et qu’il faut se mettre au travail pour y remédier.

En librairie dès mardi

En vente le 9 octobre prochain, l’ouvrage en anglais de l’ancien premier ministre canadien Stephen Harper s’intitule «Right Here, Right Now: Politics and Leadership in the Age of Disruption» (traduction libre: «Ici et maintenant: la politique et le leadership à l’âge des chambardements»).

Aucune version française n’a été annoncée.