/finance/homepage

Voici les produits de cannabis que vous pourrez acheter légalement

TVA Nouvelles

À dix jours de la légalisation du cannabis, TVA Nouvelles a obtenu en exclusivité le catalogue des produits qui seront vendus à la Société québécoise du Cannabis (SQDC).

Six produits seront offerts à la clientèle des succursales qui ouvriront leurs portes le 17 octobre prochain. Le dévoilement officiel du catalogue devrait avoir lieu dans les prochains jours.

TVA Nouvelles a appris que vous pourrez vous procurer légalement la fleur séchée –autrement dit la «cocotte»-, de l'huile de cannabis pour cuisiner, des joints préroulés, du cannabis moulu ou encore encapsulé sous forme de pilule et même un atomiseur oral comparable à un rince-bouche.

 Pour guider ses clients, la SQDC empruntera un concept semblable aux pastilles de goût de la Société des alcools (SAQ), selon l'intensité du produit allant de modérée à élevée.

Les clients pourront aussi choisir leurs produits selon une dizaine d'arômes naturels. Certains s’avéreront plus traditionnels comme le sapin ou la cerise, mais d'autres seront plus inusités, comme la moufette, le carburant ou le fromage.

sqdc aromes

Manque d’information?

Cette grande variété de produits inquiète pourtant des spécialistes qui estiment que certains clients n’auront pas l’information nécessaire pour consommer de manière responsable et sécuritaire.

On décrie entre autres l’absence d’une campagne pour informer la population sur les façons de consommer le cannabis sous ces multiples formes et les risques qui sont associés à chacune d’entre elles, notamment en ce qui a trait aux doses.

«Manger est une manière qui peut donner des effets psychotropes enivrants qui sont plus intenses que fumer. C'est donc vraiment un mode d'administration qui requiert un peu plus d'expérience», donne en exemple François-Olivier Hébert, de l’Association québécoise des intervenants en cannabis médical.

«La personne peut passer un très mauvais quart d’heure. Il peut y avoir des crises de panique. Les gens peuvent faire de la tachycardie, peuvent avoir des sueurs froides [...] Ça peut être très déplaisant», ajoute le docteur en biologie.

Son association organise d'ailleurs une tournée de conférence pour informer les Québécois : une tâche qui, selon plusieurs, devrait normalement incomber au gouvernement.

«Je pense qu'il faut organiser des campagnes de sensibilisation dans les écoles, par exemple. Sensibiliser les professeurs, les intervenants dans les écoles», estime Antoine Kanamugire, psychiatre.

 

 

 

Dans la même catégorie