/news/society

Problème «grave» et «sous-estimé»

Les écrans de téléphone à l’origine d’un nouveau fléau

Elisa Cloutier | Agence QMI

Âgée de 8 ans, Léa-Maude Vallières a récemment débuté un traitement pour contrôler ses symptômes de sécheresse oculaire. « Elle avait une bosse inquiétante sur l’œil. On nous a dit que c’était possiblement un de ses canaux qui était bloqué et qu’il fallait intervenir pour éviter une chirurgie », explique sa mère, Marie-Noëlle Bourque, qui en est aussi atteinte depuis plusieurs années. Ci-dessus, on voit Léa-Maude se faire examiner par l’optométriste Manon Sévigny.

Stevens Leblanc

Âgée de 8 ans, Léa-Maude Vallières a récemment débuté un traitement pour contrôler ses symptômes de sécheresse oculaire. « Elle avait une bosse inquiétante sur l’œil. On nous a dit que c’était possiblement un de ses canaux qui était bloqué et qu’il fallait intervenir pour éviter une chirurgie », explique sa mère, Marie-Noëlle Bourque, qui en est aussi atteinte depuis plusieurs années. Ci-dessus, on voit Léa-Maude se faire examiner par l’optométriste Manon Sévigny.

Des optométristes sonnent l’alarme face à la sécheresse oculaire, un problème «grave» et «sous-estimé» qui peut mener à une perte de vision et qui touche de plus en plus de jeunes.

Selon les plus récentes statistiques, près de 30 % de la population est affectée par ce fléau. Mais ces chiffres ne représenteraient que la pointe de l’iceberg, estime l’optométriste spécialisée en la matière, Manon Sévigny. «Ce n’est pas très représentatif puisqu’encore trop peu d’optométristes se penchent sur la problématique», indique-t-elle.

Ce qui étonne les spécialistes, c’est qu’ils observent des symptômes liés à la sécheresse oculaire sur des jeunes, dont certains âgés d’à peine 8 ans, alors qu’ils n’étaient auparavant que constatés chez des personnes âgées.

Selon les experts, l’usage des téléphones intelligents et des tablettes en est la principale cause. «Devant un écran, le nombre de clignements par minute baisse à 4, alors que normalement, c’est 16», explique la Dre Sévigny.

Problème chronique

Résultat, les glandes lacrymales s’atrophient, ce qui peut causer d’importants dommages, dont l’irritation de la cornée, pouvant même mener à une perforation de celle-ci ou une perte de la vision. «Quand on cligne des yeux, nous avons des glandes le long des cils qui produisent une huile, qui empêche les larmes de s’évaporer. Si on ne cligne pas, les glandes ne peuvent pas sécréter et les larmes s’évaporent plus rapidement», explique Langis Michaud, professeur à l’école d’optométrie de l’Université de Montréal.

«Auparavant, on le voyait [les glandes atrophiées] uniquement chez des personnes âgées. Maintenant, on le voit sur des patients de 24-25 ans, qui ont la moitié des glandes déjà atrophiées», s’inquiète-t-il.

Même s’il peut paraître banal, le problème n’est pas à prendre à la légère, estiment les optométristes. «La sécheresse oculaire, c’est chronique. Si on arrête le traitement, c’est certain que ça va revenir. C’est clair qu’on ne peut pas guérir. Une fois qu’on en est atteint, on peut juste améliorer les symptômes», affirme le Dr Michaud.

«C’est tellement un problème grave que l’appareil pour visualiser les glandes [lacrymales] devrait être un appareil standard dans nos salles d’examen», ajoute la Dre Sévigny.

Gare aux larmes artificielles

Les spécialistes mettent aussi en garde contre les larmes artificielles en vente libre, qui peuvent contenir des agents de conservation néfastes aux yeux secs. «Ce n’est pas une bonne idée de s’automédicamenter», insiste le Dr Michaud.«De façon générale, si ça dit que ça enlève la rougeur de l’œil, ce n’est pas une bonne idée de prendre ça», donne-t-il en exemple.

Symptômes de la sécheresse oculaire

Problème de vision nocturne

Sensation de corps étranger

Démangeaisons

Picotement

Vision trouble

Fatigue visuelle

Larmoiement

Intolérance aux lentilles cornéennes

Dans la même catégorie