/news/world

Trump étend la vente d'éthanol

Agence France-Presse

ARCHIVES/AGENCE QMI

Le président américain va répondre à une demande de longue date des agriculteurs en autorisant la vente toute l'année à la pompe de carburant contenant jusqu'à 15% d'éthanol (E15), a annoncé lundi un responsable de la Maison-Blanche, sous couvert d'anonymat.

Annoncée à la veille d'une visite de Donald Trump dans l'Iowa (centre), cette décision devrait ravir une grande partie des électeurs de cet État, premier producteur d'éthanol aux États-Unis, et y galvaniser les républicains à l'approche des élections de mi-mandat très disputées.

L'utilisation du E15 est actuellement interdite en été pour éviter l'émission de particules polluantes au plus fort des températures.

Mais les fermiers du Midwest demandent depuis longtemps la levée de cette restriction et leur revendication a pris davantage de poids depuis que leurs revenus sont touchés de plein fouet par les tensions commerciales entre Washington et Pékin.

Aussi Donald Trump va-t-il demander à l'Agence de protection de l'environnement (EPA) d'autoriser la vente d'E15 toute l'année, a détaillé le responsable de la Maison-Blanche.

Pour faire bonne mesure face aux réticences des acteurs de l'industrie du pétrole, le président américain veut aussi engager une réforme du marché des biocarburants, a ajouté cette source.

La loi sur les biocarburants (Renewable Fuel Standard), appliquée depuis 2007, force en effet les raffineries à utiliser de plus en plus en plus d'éthanol fabriqué à partir de produits agricoles ou, à défaut, à acheter des crédits baptisés RIN (Renewable identification number).

Or le prix des RIN a fortement fluctué, grimpant de quelques cents le gallon (3,78 litres) au début du programme à plus de 1 dollar en 2013.

La Maison-Blanche envisage donc plusieurs pistes pour stabiliser ce marché et éviter toute manipulation, en interdisant par exemple son accès aux spéculateurs.

Ce geste ne suffira peut-être pas à satisfaire l'industrie pétrolière, qui milite depuis plusieurs années pour une modification des obligations imposées aux raffineries.

Une coalition d'une vingtaine de sénateurs démocrates et républicains représentant des États où sont implantés des gisements de pétrole et des raffineries ont adressé la semaine dernière une lettre à Donald Trump estimant qu'une mesure ne favorisant qu'une seule industrie, en l'occurrence l'agriculture, était «mal avisée».

«Nous craignons (qu'une telle mesure) ne fasse rien pour régler les problèmes qui affectent les emplois dans les raffineries, gêne des millions de consommateurs dont les véhicules et les équipements ne sont pas compatibles avec des carburants aux contenus élevés en éthanol, et dégrade la qualité de l'air», ont-ils fait valoir.

Dans la même catégorie