/news/politics

Vote à l'Assemblée nationale

Finis les «petits amis» nommés à des postes supérieurs, dit la CAQ

Marc-André Gagnon | Agence QMI

Finie l’époque où des amis du parti au pouvoir sont nommés à des postes supérieurs de l’État : l’un des premiers gestes posés par le nouveau gouvernement sera de légiférer pour mettre fin à cette pratique, a annoncé le député caquiste Simon Jolin-Barrette, mardi.

«Le processus actuel n'est plus convenable pour nos institutions démocratiques. Il ne rend surtout pas service aux Québécois. Il faut valoriser le rôle de député», a expliqué en point de presse M. Jolin-Barrette, qui à l’instar de Geneviève Guilbault, agit à titre de porte-parole de la transition depuis l’élection du gouvernement caquiste.

Pour chaque poste à combler, la CAQ entend soumettre plusieurs candidatures aux partis politiques, plutôt qu’une seule. Le choix final sera ensuite déterminé par un vote aux deux tiers de l’Assemblée nationale.

Un projet de loi d’ici Noël

À l’heure actuelle, les seules nominations soumises à ce vote aux deux tiers sont : le Commissaire à l'éthique et à la déontologie, le Commissaire au lobbyisme, le commissaire à l'intégrité des marchés, le Directeur général des élections, le Protecteur du citoyen, le comité de surveillance de l'UPAC, le Vérificateur général du Québec, les membres de la Commission d'accès à l'information, de la Commission de la fonction publique et de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

«Nous allons déposer un projet de loi d'ici la fin de l'année afin que le prochain directeur général de la Sûreté du Québec, le prochain commissaire de l'Unité permanente anticorruption, l'UPAC, et le prochain Directeur des poursuites criminelles et pénales soient nommés aux deux tiers des membres de l'Assemblée nationale », a annoncé M. Jolin-Barrette.

«C’est un pas dans la bonne direction», a réagi le nouveau chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, qui croit qu’il « faudra en savoir davantage sur ce qui s’est passé » à l’UPAC au cours des derniers jours. Rappelons que le commissaire de l’UPAC, Robert Lafrenière, a démissionné le 1er octobre dernier, jour de d’élection générale.

Un «ménage»?

Le député caquiste réélu dans Borduas s’est aussi défendu de vouloir procéder à un « ménage » dans les emplois supérieurs.

Le nouveau secrétaire général du gouvernement, Yves Ouellet, a toutefois été chargé d’évaluer la compétence de ceux qui sont déjà en poste et de faire «des recommandations au premier ministre». «Ce n'est pas une forme de ménage», a dit M. Jolin-Barrette.

Pendant la campagne électorale, François Legault a notamment prévenu qu'un gouvernement de la CAQ montrerait la porte à Pietro Perrino, un «petit ami libéral» nommé au Conseil exécutif et prêté à la Société québécoise du cannabis (SQDC).