/news/politics

Québec et Ottawa se préparent à sauver les meubles

Alexandre Robillard | Journal de Québec

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Face à une éventuelle défaite de Michaëlle Jean au sommet de la Francophonie cette semaine, les gouvernements du Canada et du Québec ont déjà mis en place un plan pour obtenir un prix de consolation, a appris notre Bureau d’enquête.

Ottawa et Québec ont établi un scénario en cas de victoire la Rwandaise Louise Mushikiwabo, ont indiqué deux sources.

Au cours des derniers jours, les signaux se multiplient concernant le manque d’appuis de Mme Jean, qui souhaite obtenir un deuxième mandat à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Le gouvernement fédéral continue officiellement de la soutenir, tout comme les libéraux le faisaient à Québec, jusqu’à l’élection de lundi dernier.

La position du nouveau premier ministre caquiste François Legault est cependant moins claire.

M. Legault rejoindra mercredi les autres chefs d’État et de gouvernements au sommet d’Erevan pour décider laquelle des deux candidates sera choisie.

Plan B

Une source québécoise bien informée a indiqué à notre Bureau d’enquête que le gouvernement du Québec a commencé il y a déjà quelques mois à envisager la défaite de Mme Jean.

«Ses appuient diminuent, nous a-t-on confié mardi. Elle continue à penser qu’elle a des chances mais elle aurait dû comprendre l’été dernier.»

Constatant il que le poste de secrétaire générale pourrait lui échapper, les autorités québécoises ont voulu préserver leurs intérêts.

«Récemment» les noms de deux candidats québécois ont été soumis à Ottawa pour le poste d’administrateur, le deuxième en importance au sein de l’OIF, après celui de secrétaire général.

Une deuxième source a confirmé les discussions, en insistant sur le fait que cela se fait «conjointement».

Un candidat québécois

Selon notre première source, «c’est fondamental que le poste d’administrateur revienne au Québec. Il faut protéger le rôle du Québec.»

Au centre des congrès où se tiendra le sommet de la Francophonie, un diplomate africain a également mentionné, lundi, qu’une entente existerait quant au choix d’un administrateur «canadien», sans plus de précisions sur sa province d’origine.

Mauvais chiffres

Mardi, une réunion des ministres francophones s’est terminée, dernière étape avant le sommet.

Selon une source proche du dossier, un pointage effectué lors des rencontres entre les délégations montrerait que Mme Jean se dirige vers défaite.

«Les chiffres ne semblent pas être du côté de la secrétaire générale», indique-t-on sous le couvert de l’anonymat, en ajoutant qu’il s’agit d’un «constat généralisé».

Dans la même catégorie