/regional/quebec/quebec

D'ici la fin du siècle

Le Saint-Laurent submergera Québec si le mercure grimpe

Anne Caroline Desplanques | Agence QMI

Québec sera engloutie sous les eaux d’ici la fin du siècle si rien n’est fait pour empêcher la température globale de la planète d’augmenter de 3 °C, comme le prévoient les experts du climat de l’ONU réunis cette semaine.

«Chaque petit excès de réchauffement compte, d’autant que passer 1,5 °C accroît le risque de changements profonds, voire irréversibles, comme la perte d’écosystèmes», a prévenu le climatologue allemand Hans-Otto Pörtner en début de semaine.

Le scientifique copréside la conférence du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), qui se tient cette semaine en Corée du Sud.

Carte Lévis - Qc

Les 91 auteurs qu’il chapeaute calculent qu’au rythme actuel le mercure aura grimpé de 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels dans aussi peu que 12 ans, soit en 2030.

Pire, il aura augmenté de 3 °C d’ici 2100 si les dirigeants du monde se contentent de respecter leurs engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) pris en 2015 dans le cadre de l’Accord de Paris.

À l’échelle planétaire, un tel réchauffement entraînera la fonte accélérée des glaces du Groenland et de l’Antarctique ainsi qu’une augmentation de la température de l’eau. Sous l’effet du réchauffement, elle se dilatera et prendra plus de place, ce qui l’amènera à ronger les côtes agressivement.

Dans les rues de Contrecœur

Au Québec, la marée s’engouffrera dans le Saint-Laurent jusqu’à la banlieue est de Montréal. Après le Vieux-Québec, Saint-Roch et Limoilou, le fleuve avalera Bécancour et une partie de Trois-Rivières, puis tout le pourtour du lac Saint-Pierre, de Yamachiche à Berthierville, avant d’atteindre les rues de Contrecœur et de Charlemagne.

C’est ce que prévoit l’organisme américain Climate Central, un regroupement indépendant de scientifiques et de journalistes, qui a mis au point une carte interactive permettant d’observer l’impact de la hausse du niveau des océans.

Ces projections sont basées sur les connaissances accumulées depuis deux décennies. Elles combinent notamment des données satellites et radar.

Pertes économiques

Même un réchauffement limité à 1,5 °C aura un impact sur le littoral québécois, qui s’étend sur plus de 6000 km et accueille un très grand nombre de villes et d’écosystèmes importants.

Dès 2016, Ouranos, un consortium québécois de recherche sur la climatologie régionale et l’adaptation aux changements climatiques, a averti que l’érosion des côtes pourrait mettre en danger «des milliers de bâtiments publics et privés, mais aussi des infrastructures routières et ferroviaires, pour des pertes totales évaluées à plus de 1,5 milliard $» au cours des 50 prochaines années.

Appel à une action non partisane

Limiter le réchauffement à 1,5 °C est possible, mais pour y parvenir « des changements sans précédent » sont nécessaires, selon les experts du GIEC.

«Les années à venir seront les plus déterminantes de notre histoire», a insisté en début de semaine la climatologue sud-africaine Debra Roberts, qui copréside la conférence du groupe d’experts.

Dans la même veine, Patrick Bonin, de Greenpeace, dont l’organisation a le statut d’observatrice au GIEC, appelle le Canada à passer à l’action, afin d’éviter que les modélisations climatiques catastrophes deviennent réalité.

Cible ratée

«Le Canada n’est vraiment pas en voie de respecter l’Accord de Paris, et, si un sérieux coup de barre n’est pas donné, il ratera complètement la cible de réduction d’émission de GES qu’il s’est donné pour 2030», a-t-il déclaré.

Au Québec, les environnementalistes appellent avant tout à une révolution des modes de transports, qui sont responsables de 40 % des émissions polluantes de la province.

À Ottawa, la ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, a indiqué que «les actions à poser vont au-delà de la partisanerie».

«Nous sommes la première génération à ressentir les effets des changements climatiques et la dernière à pouvoir les arrêter», a-t-elle dit.

À Québec, le gouvernement caquiste, qui n’a pas fait de l’environnement une priorité en campagne électorale, a déclaré qu’il étudierait «attentivement» les conclusions du rapport du GIEC.

Quand le mercure grimpe

Personnes touchées par la hausse du niveau des océans

1,5 °C 31 à 69 millions

2 °C 32 à 80 millions

Sécheresse

1,5 °C Plus de 350 millions

2 °C Plus de 411 millions

Chaleur extrême

1,5 °C 14 % de la population mondiale

2 °C 37 % de la population mondiale

Perte d’écosystèmes

1,5 °C 7 % en moins

2 °C 13 % en moins

Mort des coraux

1,5 °C 70 à 90 %

2 °C 99 %

Tonnes d’espèces marines en moins

1,5 °C 1,5 million de tonnes

2 °C 3 millions de tonnes

Source : GIEC