/news/law

Québec

Un ex-policier coupable de trafic de cocaïne et d'abus de confiance

Sophie Côté | Journal de Québec

DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QU

L’ex-policier congédié de la police de Québec, Jean-Bernard Lajoie, qui a subi son procès l’été dernier pour trafic de cocaïne, abus de confiance et pour avoir utilisé illégalement à maintes reprises le Centre de renseignement policier du Québec (CRPQ), a été déclaré coupable.

C’est assis dans la boîte des accusés que Lajoie a connu la décision du juge Robert Sansfaçon, mercredi, au palais de justice de Québec. L’accusé de 35 ans, qui multiplie les démêlés avec la justice, est détenu depuis son arrestation lundi sur l’Île d’Orléans, pour possession simple de cocaïne.

Le magistrat a conclu que la poursuite avait réussi à prouver hors de tout doute raisonnable que Lajoie était coupable des quatre chefs d’accusation qui pesaient contre lui, soit d'utilisation non justifiée d'un ordinateur, d’abus de confiance et de trafic de cocaïne à l’endroit de deux plaignantes, dont une qui avait 17 ans au moment des faits.

38 vérifications illégales

Contrevenant aux directives du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) alors qu’il y était policier, Lajoie a fait 38 vérifications au CRPQ à des fins personnelles, dont 29 sur sa propre plaque d’immatriculation, entre 2012 et 2015. Les autres recherches concernaient trois personnes avec qui il était en relation.

Selon ce qu’avait plaidé la poursuite au procès, Lajoie était «stressé» que l’on découvre «sa double vie [de] consommateur de cocaïne».

Pour le juge, la preuve présentée lui permet de conclure que l’accusé a agi «de manière consciente et volontaire» pour poser ces actes «prohibés» et «malhonnêtes», et qu’il a trahi du même coup la confiance du public dont il jouissait à titre d’agent de la paix.

Cocaïne

Quant aux deux chefs de trafic de cocaïne, le juge a cru les témoignages des deux plaignantes, qui sont venues raconter à la cour avoir consommé de la cocaïne avec Lajoie dans son condo de Beauport après que ce dernier leur en ait proposée.

Lors des deux épisodes distincts, les jeunes femmes ont aussi eu des relations sexuelles avec l’accusé. L’une, âgée de 17 ans, avait été contactée par Lajoie sur Facebook quelques jours après que ce dernier l’ait interceptée dans un barrage routier.

Puisque la preuve n’a pas été contredite – la défense n’a pas présenté de preuve au procès – et que l’accusé présentait la substance comme de la cocaïne aux plaignantes, le juge a tranché que l’ex-policier devait être déclaré coupable hors de tout doute raisonnable.

Les observations sur la peine auront lieu le 30 octobre prochain.

Lajoie fait face à des accusations de voies de fait armées dans un autre dossier, en plus des nouvelles accusations de possession simple de cocaïne et de bris d’engagement qui se sont ajoutées contre lui dans les dernières heures.

Il demeure détenu en attendant son enquête sur remise en liberté, prévue vendredi.

Dans la même catégorie