/finance/homepage

Pénurie de main-d’oeuvre

Les personnes handicapées, un bassin pour les employeurs

TVA Nouvelles

Dans le contexte de pénurie de main-d'oeuvre qui sévit actuellement, les employeurs auraient tort de négliger les personnes handicapées.

Une entreprise d'économie sociale de Québec favorise justement l'embauche de gens avec des limitations et elle a le vent dans les voiles.

Le Groupe TAQ fait de la sous-traitance pour des manufactures et soccupe aussi de préparations postales.

Marie-Claude Poulin qui a un handicap visuel y travaille depuis maintenant 10 ans.

«C'est le fun, on contribue à la société, on a un salaire. On est comme Monsieur et Madame Tout le monde», dit-elle.

Le Groupe TAQ qui est en pleine expansion souhaite embaucher 150 travailleurs handicapés supplémentaires. Le nouveau siège social est d’ailleurs en construction.

Plus de 10 000 postes sont à pourvoir dans la région de Québec.

«Des personnes handicapées, à Québec, il y en a 9000 sur l’aide sociale. Si 10% de ces personnes peuvent travailler, ça vous donne une idée du bassin potentiel», explique Gabriel Tremblay, président du Groupe TAQ.

Encore faut-il passer outre les préjugés habituels.

«J’ai postulé à certains endroits, puis j’aurais aimé ça faire ma place au sein d’une entreprise, confie Geneviève Denis qui souffre d’une déficience motrice cérébrale de naissance et pour qui ce n’est pas facile de trouver du travail.

Le Conseil du patronat va d’ailleurs offrir une formation aux gestionnaires d’entreprises pour faciliter l'embauche des personnes avec des limitations.

Dans la même catégorie