/finance/homepage

Vives tensions

Les syndiqués lock-outés d'ABI resserrent leur emprise

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

Franchir la ligne de piquetage est de plus en plus difficile devant l'Aluminerie de Bécancour (ABI) où un lock-out a été décrété en janvier dernier.

Comme nouvelle stratégie les syndiqués utilisent des camionnettes afin de bloquer complètement le passage, a rapporté TVA Nouvelles, vendredi, ajoutant que le chauffeur d'un semi-remorque a dû patienter 15 minutes avant qu'on ne lui libère la voie.

En soirée, jeudi, un blocus complet a été imposé pendant trois heures.

La détérioration de l'humeur des syndiqués coïncide avec la rupture des négociations et l'échec de la médiation spéciale de Lucien Bouchard.

Le président du syndicat assure qu'aucun mot d'ordre n'a été donné autre que celui de respecter l'injonction en vigueur qui encadre la présence des piqueteurs.

«C'est peut-être le fait que la médiation a échoué, a indiqué Clément Masse. Peut-être est-ce que ça a créé un peu de tension comme au début du conflit. Nous, on s'assure que les gens respectent l'injonction. On surveille ça.»

De son côté, ABI déplore cette obstruction.

«Les manifestations de la partie syndicale imposent un stress non nécessaire au processus de négociation», a commenté affirmé la compagnie à TVA Nouvelles.

Face à cette poussée de tension, la Sûreté du Québec a dépêché des effectifs supplémentaires à Bécancour. Ils n'ont toutefois pas eu à intervenir.

Dans la même catégorie