/news/world

Sommet de la Francophonie

L’OIF sera plus transparente et dévoilera ses informations financières

Alexandre Robillard

 - Agence QMI

L’Organisation internationale de la Francophonie dévoilera désormais ses informations financières, dont les dépenses et la rémunération de sa secrétaire générale, a appris notre Bureau d’enquête.

À LIRE ÉGALEMENT

Louise Mushikiwabo devient la nouvelle secrétaire générale de l’OIF

Les gouvernements du Canada et du Québec avaient réclamé plus de transparence à l’OIF à la suite de la controverse entourant les dépenses et la gestion de Michaëlle Jean.

Aujourd'hui, les chefs d’État et de gouvernement francophones ont préféré nommer sa rivale Louise Mushikiwabo à la tête de la Francophonie.

Mme Jean a notamment dépensé 500 000 $ pour l’aménagement de son appartement de fonction à Paris, a rapporté notre Bureau d’enquête.

Accès à l’information

Selon nos informations, les règles qui seront mises en œuvre prévoient la divulgation de plusieurs informations budgétaires.

Ainsi, la rémunération et les avantages consentis aux deux principaux dirigeants de l’OIF, la secrétaire générale et l’administrateur, seront rendus publics.

Les dépenses des plus hauts cadres et celles du cabinet de la secrétaire générale devront être dévoilées.

Les résultats des appels d’offres et des appels de candidatures seront aussi accessibles, tout comme les états financiers et les rapports de vérification interne et externe.

Le CPF est chargé de la mise œuvre de ces mesures, qui prévoient aussi un mécanisme de demande d’accès à l’information.

Refus

Au printemps 2017, notre Bureau d’enquête s’était heurté à un refus de l’OIF après avoir demandé les états financiers de l'institution.

«La volonté de transparence n’autorise cependant pas à diffuser des documents qui ne sont pas du domaine public», avait répondu son porte-parole, Bertin Leblanc.

Obtenus d’une autre source, les états financiers de l’année 2016 avaient révélé les dépenses consacrées à l’appartement de Mme Jean, tandis que ceux de 2017, obtenus en juin dernier, ont montré un déficit de 3,3 millions de dollars.

Plainte

En juin 2017, l’OIF s’était plainte au quotidien «Le Monde», qui avait repris nos informations, pourtant tirées de ses documents institutionnels.

«L’article sur les “dépenses somptuaires” de la secrétaire générale de la Francophonie reprend, sans vérification, des informations erronées publiées par "Le Journal de Montréal"», avait écrit l’OIF dans une réaction publiée par le quotidien français.

Par ailleurs, l’OIF n’avait jamais fait connaître le salaire de sa secrétaire générale, se contentant de transmettre l’échelle salariale des dirigeants des Nations unies, sur laquelle sa rémunération serait calquée.

Dans un discours prononcé jeudi devant les chefs d’État et de gouvernement francophones, Mme Jean les avait mis en garde contre «les approches exclusivement comptables de la coopération internationale».

Dans la même catégorie