/news/politics

Manifestation à Granby

Un député libéral fédéral recrache du lait américain

Caroline Lepage | Journal de Montréal

Caroline Lepage, Agence QMI

Environ 300 producteurs laitiers qui se sentent trahis par Justin Trudeau ont manifesté dans les rues de Granby, vendredi, pour lui demander de rejeter le nouvel Accord États-Unis-Mexique-Canada.

Les producteurs laitiers ont marché derrière un cortège de tracteurs des Galeries de Granby jusqu’au parc Miner, vendredi, pour exprimer leur colère contre l’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC), qui permettra aux produits laitiers des États-Unis d’occuper 3,59 % du marché canadien. «Assez, c’est assez !» clamaient les manifestants inquiets pour l’avenir de leur industrie.

Compensations

Le député libéral fédéral de Shefford, Pierre Breton, a craché du lait américain en soutien aux producteurs. Même si les agriculteurs sur place étaient très durs envers le premier ministre Justin Trudeau, ils mettent au défi M. Breton de les défendre.

M. Breton a rappelé qu’une table de travail sera mise sur pied pour permettre de trouver des solutions.

Les libéraux s’engagent à indemniser les producteurs laitiers, mais les détails des ententes restent à définir.

«Des mesures de compensation, ce n’est pas suffisant. On n’en veut pas du tout. On ne veut juste pas céder notre marché», plaide Marie-Pierre Vincent, de la Ferme Silvercrest de Saint-Valérien.

Manifestation des producteurs laitiers à Granby

80 000 $ par année

Pour Simon Delorme, propriétaire de la Ferme Julio de Granby, et Patrick Tremblay, propriétaire de la ferme Majestic de Roxton Pond, cette entente générera des pertes d’environ 80 000$ par année, si elle est ratifiée.

«C’est un mois de production qu’on perd», s’offusquent-ils.

Les producteurs laitiers refusent de servir de monnaie d’échange dans ces négociations.

«On travaille de plus en plus et il nous en reste de moins en moins», déplore David Ménard, un producteur laitier de Verchères.

Rémi Daignault, qui exploite une ferme laitière à Saint-Mathias-sur-Richelieu, trouve que les Américains livreront une compétition déloyale, car leur production n’est pas régie par les mêmes normes de qualité et de développement durable qu’ici.

«C’est enrageant de voir que le gouvernement permet de rentrer de la scrap», dit-il.

«Pas une cenne»

Sylvain Charlebois, professeur en distribution et politiques agroalimentaires à l’Université Dalhousie, croit qu’il ne faut pas « donner une cenne » aux producteurs laitiers. Il propose plutôt de restructurer le système de gestion de l’offre qui, selon lui, maintient en vie trop de fermes laitières au pays.

«Le cumul des ententes avec l’Europe et l’Asie a créé énormément de pression sur le système ces dernières années. Avec l’AEUMC, presque 9 % de la production domestique sera assurée par des producteurs provenant de l’extérieur du Canada», explique-t-il.

Les manifestants ont interpellé les consommateurs, qui détiennent le véritable pouvoir d’acheter du lait du Québec.

Dans la même catégorie