/news/culture

«Été 95»

Ce que vous ignoriez de Jonah Hill

Isabelle Hontebeyrie

 - Agence QMI

En quelques années et autant de rôles, Jonah Hill est parvenu à être reconnu comme un acteur sérieux, capable de se mettre dans la peau de personnages dramatiques. Aujourd’hui, il passe derrière la caméra pour «Été 95». dans lequel il ne joue pas. Retour sur son parcours atypique.

- Son vrai nom est Jonah Hill Feldstein. Ses parents gravitent dans le milieu du showbiz. Sa mère est styliste et son père a été le comptable de bon nombre de célébrités... incluant le groupe Guns N’ Roses.

- Lorsqu’il avait sept ans, il voulait déménager à Springfield, la ville des Simpson, et rêvait d’écrire les dialogues de Homer! Jusqu’à ses 16 ans, il a rempli des cahiers de dialogues imaginaires du patriarche de la famille animée.

- Sa sœur, Beanie Feldstein, de neuf ans sa cadette, est également actrice. On a pu la voir dans «Lady Bird» de Greta Gerwig. Son frère aîné, Jordan Feldstein, est mort en 2017 d’une embolie pulmonaire alors qu’il n’avait que 40 ans.

- À l’école, il est devenu ami avec Jake Hoffman, fils de Dustin. Il l’a présenté à son célèbre père qui lui a ensuite demandé de passer une audition pour «J'aime Huckabees» dans lequel il a obtenu un petit rôle à 19 ans.

- Après des rôles secondaires devant les caméras de «40 ans et encore puceau» puis «Grossesse surprise», Judd Apatow lui a confié l’un des deux rôles principaux de «Supermalades» dans lequel il donne la réplique à Michael Cera. Jonah Hill est devenu une célébrité à 24 ans. «J’ai l’impression d’avoir passé ma vingtaine à essayer d’être ce que tout le monde voulait que je sois, a-t-il dit lors de son passage à ¨Jimmy Kimmel Live!¨. Et je ne savais pas qui j’étais.»

- Le succès n'est pas venu sans heurt pour celui qui a ensuite enchaîné les rôles comiques. «Je n’aime pas être célèbre. J’adore créer des choses, ce qui m’a toujours poussé à devenir réalisateur, ce dont je suis très fier, expliquait-il en juillet dernier à ¨52 Insights¨. Mais je déteste qu’on me remarque. Je suis également très sensible et parfois, quand on est sensible – surtout quand j’étais jeune – on se fait faire du mal très facilement.»

- En 2011, son rôle dans «Moneyball: l'art de gagner» lui a valu sa première nomination aux Oscars. Puis, il a accepté de fouler le plateau de «21 Jump Street» et a collaboré au scénario. Il a ensuite joué dans «Django déchaîné» de Quentin Tarantino. «Le loup de Wall Street», sorti en 2013 et réalisé par Martin Scorsese lui a plus tard permis d’obtenir une deuxième nomination aux Oscars.

- Il a alors décidé de perdre du poids afin de continuer à obtenir des rôles importants. Il a embauché un entraîneur, un nutritionniste et a commencé à manger des sushis. Il a déménagé à New York après avoir réalisé que ses réalisateurs préférés n’habitent pas à Los Angeles, mais dans la Grosse Pomme.

- Plus tôt cette année, on l’a vu dans «Pas de panique, il n'ira pas loin à pied» de Gus Van Sant.

- «Été 95» n’est pas, malgré les thématiques de l’adolescence et du besoin d’appartenir à un groupe tout en découvrant son identité, biographique. En fait, Jonah Hill avait commencé à écrire le scénario en se concentrant sur un homme dans la trentaine, une idée qu’il a finalement abandonnée.

- Afin de se préparer à sa première réalisation, il a passé quatre heures avec Martin Scorsese, a demandé conseil à Ethan Coen qu’il connaît depuis le tournage de «Ave, César!» et s’est inspiré de la manière de travailler du Canadien Seth Rogen.

- Au magazine «New York», il a confié que «lorsque je suis arrivé, le premier jour, sur le plateau d'¨Été 95¨, que les caméras étaient placées, que les camions étaient garés, que les jeunes étaient dans leurs costumes, que j’étais derrière la caméra, je me suis dit que j’étais à la maison. Je savais que c’est ce que je voulais dans la vie. Et je n’ai pas eu le sentiment que cela m’avait été donné; j’ai eu le sentiment que j’avais travaillé pour.»

«Été 95» prend l’affiche à travers la province dès le 19 octobre.

Dans la même catégorie