/news/world

Côte nord-ouest de la Floride

Communiquer, un défi pour les sinistrés de l'ouragan Michael

Agence France-Presse

Depuis le passage de l'ouragan Michael mercredi sur Panama City, une large bande de la côte de Floride est une zone blanche: pas ou peu de réseau téléphonique ou internet, une difficulté technique de plus pour les habitants et les secours déjà éprouvés par les ravages de la tempête.

«Le service a repris sur certains de nos sites après la réparation des liaisons par fibre», a indiqué vendredi dans un communiqué l'opérateur Verizon, qui a installé cinq sites de téléphonie mobile par connexions satellites.

Mais les dommages sont étendus et les utilisateurs trop nombreux. Une large zone de la côte entre Panama City et Mexico Beach est coupée des ondes.

 

À Mexico Beach, touchée de plein fouet par Michael, les communications ne passent pas et les sauveteurs doivent utiliser des téléphones satellitaires. Une tour de communication d'urgence a été installée pour obtenir un peu de réseau réservé aux secours.

La ville a été placée en «lockdown»: seuls ses habitants sont autorisés à entrer dans la ville. Mais ceux-ci sont injoignables pour leurs proches venus les aider à nettoyer et bloqués par les barrages de police.

Panama City

À Panama City, l'ouest est plus chanceux que l'est et les communication passent... parfois.

«Nous n'avons pas de téléphone, (les deux gros opérateurs) AT&T et Verizon ne fonctionnent pas», explique Mark Bateman, pasteur à l'église Saint Andrews Baptist Church, située dans un quartier modeste de l'ouest de la ville.

«Nous pouvons à peine communiquer avec nos quelque 800 fidèles», dit-il. «Certains évacués et nous avons réussi à communiquer grâce à un système de wifi embarqué dans les voitures. Sinon nous devons faire du porte-à-porte dans les maisons du voisinage».

Deux rues plus loin, Daniel Fraga assure que la connexion est très faible. Pour rassurer sa famille, qui a évacué dans l'Alabama avant l'arrivée de l'ouragan, il compte sur un ami qui a du réseau. «Mais en gros tout est coupé», car «il y a trop de monde sur le même service», dit cet électricien.

Sans eau courante

Une voisine, Twyla Williams, survit sans eau courante avec son mari diabétique et son fils aîné. Le reste de la famille s'est réfugié chez sa famille dans le Mississippi.

«Mes clients sont venus voir si j'avais besoin de quelque chose», dit cette responsable d'un cabinet d'architectes.

«L'un d'eux vient de nous apporter des boissons énergétiques, de l'eau et de la nourriture», dit-elle. «On n'a pas de signal, pas de connexion avec l'opérateur de mon mari. Moi j'en ai un autre et j'ai pu me connecter à Facebook pour dire que nous allions bien».

Les services d'urgence de la ville ont indiqué avoir reçu des milliers d'appels d'habitants tentant d'avoir des nouvelles, mais pour eux aussi le service est coupé.

L'armée a installé un site internet pour «ceux qui s'inquiètent pour leurs proches» à la base aérienne de Tyndall, entre Panama City et Mexico Beach, qui a subi d'importants dégâts. Les demandes d'informations sont transmises à des agences locales de secours.

En plus des difficultés de communication, quelque 261.000 foyers situés dans le sillage de l'ouragan restaient encore sans électricité samedi.

Dans la même catégorie