/regional/montreal/montreal

Cannabis : la réglementation n'est pas partout pareille à Montréal

Sarah Daoust-Braun

 - Agence QMI

GEN-Conférence de presse pour annoncer que la ville est prête pour l'entrée en vigueur de la légalisation du cannabis

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

À la veille de la légalisation du cannabis, la mairesse de Montréal Valérie Plante a réitéré son souhait que la réglementation soit uniforme partout dans la ville, ce qui ne sera pas le cas.

À LIRE ÉGALEMENT

L’ABC du cannabis vendu à la SQDC

Visitez une succursale de la SQDC

Légalisation du cannabis: «On fait ça pour le bien des enfants mon œil!» 

«Je souhaite que ce soit la même règlementation pour une question de cohésion, et que ce soit facile pour les Montréalais, surtout que notre approche se base sur des faits réels, pas sur une interprétation, ou des valeurs, mais sur des consultations et des rapports d’experts», a indiqué mardi la mairesse de Montréal Valérie Plante.

À partir de mercredi, il sera possible de fumer et de vapoter du cannabis dans les lieux publics à Montréal, sauf où cela est interdit pour le tabac. La Ville s’en tiendra à la loi provinciale, qui prévoit aussi des interdictions dans les abribus et aires d’attente des transports collectifs, sur les pistes cyclables et sur les terrains des établissements postsecondaires et de santé et de services sociaux.

Il sera toutefois interdit dès mercredi de consommer du pot dans les lieux publics de l’arrondissement de Saint-Laurent.

L’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro, qui interdit déjà la consommation dans les parcs, et celui de Saint-Léonard ont aussi l’intention de bannir cette drogue des lieux publics. Montréal-Nord et Rivières-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles veulent également encadrer «à divers degrés» le cannabis.

La police de Montréal avait indiqué la semaine dernière appliquer la règlementation municipale «là où elle serait en vigueur».

Pas de hordes

La mairesse de Montréal Valérie Plante n’anticipe pas pour le moment de changements majeurs à la suite de l’entrée en vigueur de la légalisation.

«Il n’y aura pas dans les prochains jours et semaines, des hordes de nouveaux utilisateurs de cannabis. Ce n’est pas ça qui s’est passé ailleurs, alors je ne pense pas que c’est ce qui va se passer à Montréal, Gatineau ou Longueuil qui ont des règlementations comme la nôtre», a-t-elle soutenu.

Les Montréalais qui souhaitent se procurer du cannabis pourront le faire en visitant l’une des trois succursales de la Société québécoise du cannabis (SQDC) qui ouvriront leurs portes sur l’île ce mercredi.

Elles seront situées au centre-ville sur la rue Saint-Catherine Ouest, dans Rosemont-La-Petite-Patrie sur la rue Saint-Hubert, et sur le boulevard de l’Acadie dans Ahunstic-Cartierville. Au total, douze points de vente au Québec seront ouverts lors de cette journée.

Promesses de la CAQ

La Coalition Avenir Québec (CAQ), qui forme le nouveau gouvernement, avait promis en campagne électorale d’interdire le pot dans les lieux publics, et de hausser l’âge minimal pour en consommer de 18 à 21 ans.

Si ces promesses se concrétisent, Valérie Plante fera valoir la spécificité et l’approche préconisée par la Ville. Elle avait annoncé la semaine dernière ne pas entrer en opposition avec le gouvernement s’il y avait des changements législatifs.

«À Montréal, ce sont surtout des locataires, et il y a une grande population étudiante. Tout cela fait en sorte que Montréal c’est particulier et je vais clairement en discuter avec le ou la prochaine ministre», a-t-elle assuré.

Dans la même catégorie