/news/elections

Legault promet un gouvernement «proche des préoccupations des Québécois»

Marc-André Gagnon

 - Agence QMI

En plus de rendre hommage aux ex-adéquistes, qui ont selon lui pavé le chemin à une «troisième voix» à l’Assemblée nationale, le chef caquiste François Legault a profité de l’assermentation de ses 73 députés pour leur demander de «rester proche des préoccupations des Québécois».

«Quelle belle équipe», a déclaré d’entrée de jeu le premier ministre désigné François Legault, après l’assermentation des 74 députés de la Coalition avenir Québec.

Le chef caquiste s’est amusé à rappeler qu’après le lancement de son parti politique, en 2011, plusieurs s’étaient moqués de lui parce qu’il avait répété les mots «on verra», en réponse à plusieurs questions des journalistes présents.

«Bien aujourd’hui, on voit», a lancé M. Legault en riant.

«Si on a été élus en si grande nombre, c’est parce qu’on a été proches des préoccupations des Québécois», a rappelé plus sérieusement le chef caquiste.

«Notre équipe doit maintenant former le gouvernement des Québécois», a-t-il signalé, en ayant une pensée pour ceux qui ont voté pour le Parti québécois, le Parti libéral du Québec et Québec solidaire.

Le chef de la CAQ s’est réjoui de pouvoir compter, au sein de son équipe, sur 28 femmes élues, un nombre record. Il a également souligné la présence de cinq députés caquistes âgés de moins de 35 ans.

«D’en en avoir cinq qui ont moins de 35 ans ça va nous aider à rappeler qu’on travaille d’abord pour l’avenir et d’abord pour ces jeunes», a dit M. Legault.

Hommage à l’ADQ

François Legault a rendu un vibrant hommage à Marc Picard, Éric Caire, Sébastien Schneeberger, et François Bonnardel, qui avant de se joindre à la CAQ, ont d'abord été élus sous la bannière de l’Action démocratique du Québec, à l’époque de Mario Dumont.

«C’est vous qui avez un peu montré la voie, la troisième voix», a dit M. Legault.

«Je sais qu’il y a eu des moments où c’était plus difficiles que d’autres. Je ne vous oublierai jamais», a-t-il ajouté.

Paradis confirme son intérêt pour la présidence

Interrogé par les journalistes à son arrivée à la cérémonie d’assermentation des membres de l’aile parlementaire caquiste, le député de Lévis, François Paradis, a confirmé son intérêt pour le poste de président de l’Assemblée nationale.

«Absolument. Tout à fait, écoutez, c’est confirmé. Il n’y a pas de cachette», a dit M. Paradis, qui a été élu pour la première fois en octobre 2014, à la suite d’une élection partielle rendue nécessaire par le départ à l’époque de Christian Dubé pour la Caisse de dépôt et placement du Québec.

L’ex-animateur de TVA se donne pour défi d’être «rassembleur» et de lutter contre le cynisme, notamment en s’assurant que l’Assemblée nationale soit plus transparente.

«Ma volonté, a dit M. Paradis, c’est [...] de se rapprocher de la population, faire en sorte que les gens reprennent possession de cette institution-là et se reconnaissent dans ce qu’on y fait, parce qu’on est là grâce à eux.»

Semaine d’assermentations

Le chef libéral par intérim Pierre Arcand et ses 28 députés ont été les premiers à être assermentés, lundi.

Les 10 élus de Québec solidaire feront de même mercredi, ceux du Parti québécois, qui sont du même nombre, prêteront serment vendredi. Les péquistes et solidaires ont demandé à ce que le drapeau du Canada soit retiré du Salon rouge lors de la cérémonie.

«Nous sommes des députés élus à l’Assemblée nationale et notre seule allégeance est pour le Québec», a commenté sur Twitter le chef intérimaire du PQ, Pascal Bérubé.

Jeudi, François Legault procèdera à la nomination de son conseil des ministres.

Dans la même catégorie