/finance/homepage

42 500 transactions pour la première journée de la SQDC

TVA Nouvelles

Ce sont plus de 42 500 transactions qui ont été enregistrées en succursale et sur le web lors de la première journée d’activité de la Société québécoise du cannabis (SQDC) mercredi.

Plus de 12 500 transactions ont été effectuées dans l’une des 12 premières succursales ouvertes sur le territoire québécois, et 30 000 commandes en ligne sur le site web de la SQDC.

«Ce volume de commandes dépasse largement les prévisions de la SQDC, mais démontre également la robustesse des systèmes de la Société», a indiqué la société d’État, jeudi, dans un communiqué.

«Notons qu’il était difficile d’anticiper le volume de ventes de façon précise, compte tenu de l’inexistence de données de marché d’un secteur qui, il y a 48 heures, était encore illégal», a ajouté la SQDC.

Le site web de la SQDC a reçu plus 450 000 visites en 15 heures.

«Compte tenu du nombre important de commandes au démarrage et des risques de grèves tournantes de Postes Canada, la livraison normalement prévue en 2 à 5 jours connaîtra au départ des retards pouvant aller à 5 jours et plus», a-t-on précisé.

Problèmes d’approvisionnement

Au jour 2 de la légalisation du cannabis, la SQDC confirme avoir des problèmes d’approvisionnement sur ses tablettes en magasin et sur son site Web.

Jeudi matin, de nombreux clients un peu partout au Québec ont dit déplorer que de nombreux produits n’étaient plus disponibles dans les magasins de la SQDC.

Certains clients qui ont fait la file pendant plus d’une heure à la succursale Lebourgneuf de Québec, jeudi matin, ont remarqué que les tablettes étaient presque vides.

Sur le site Web de la SQDC, de nombreux produits pourtant offerts hier ne le sont plus jeudi.

«Compte tenu de l’engouement créé par la légalisation du cannabis et de la rareté des produits à l’échelle canadienne, la SQDC s’attend à d’importants défis d’approvisionnement à court terme pour les succursales», a indiqué jeudi un porte-parole de la SQDC, Mathieu Gaudreault.

Selon ce dernier, les acheteurs en ligne doivent s’attendre à manquer de produits plus importants, notamment au niveau de l’huile, des gélules, des atomiseurs et des joints pré-roulés.

«Les prochains jours permettront à la SQDC d’évaluer l’évolution des stocks de façon plus précise et d’orienter son approvisionnement en conséquence», a-t-il laissé entendre.

- Avec la collaboration de Pierre Couture

Dans la même catégorie