/finance/homepage

La CSN dépose une requête pour syndiquer les travailleurs de la SQDC

Pierre Couture | Journal de Montréal

GEN-OUVERTURE D'UNE BOUTIQUE DE LA SQDC

Sébastien St-Jean / Agence QMI

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) vient de déposer une requête au ministère du Travail pour syndiquer tous les travailleurs de la Société québécoise du cannabis (SQDC).

La requête en accréditation provinciale est menée par le Syndicat des employés de magasins et de bureau (SEMB) de la Société des alcools du Québec (SAQ).

«Le premier objectif a été atteint avec la création de la SQDC. Nous mettrons maintenant tout notre poids et toute notre expertise au service de ce nouveau syndicat afin que ces travailleuses et ces travailleurs voient des améliorations dans leur quotidien au travail», soutient le président de la CSN, Jacques Létourneau.

La CSN plaidera devant le ministère du Travail pour offrir aux travailleurs de la SQDC une seule et unique convention collective avec un même employeur.

Dès l’ouverture des magasins de la SQDC mercredi, de nombreux représentants syndicaux étaient sur le qui-vive pour faire signer des cartes de membres aux employés.

Filiale de la SAQ, la SQDC a fixé à 14$ de l’heure le salaire horaire de ses conseillers-vendeurs dans ses 12 magasins de cannabis.

La SQDC offre également à ses employés un régime de retraite et d’autres avantages sociaux.

La CSN dit vouloir se baser sur les salaires offerts dans les magasins de la SAQ pour faire signer un premier contrat de travail aux employés de la SQDC.

Selon la plus récente convention collective, les employés de magasins de la SAQ ont droit à un salaire de base de 19,58$ de l’heure.

Pas les seuls

Le syndicat des Travailleurs unis de l’alimentation (TUAC), affilié à la FTQ, a lui-aussi déposé quatre requêtes pour syndiquer des travailleurs de la SQDC au cours des derniers jours.

Les requêtes déposées concernent les employés des magasins de la SQDC de Rosemont/Petite-Patrie, de Rimouski, de Québec (Ste-Foy) et de Mirabel.

Les TUAC et la CSN ne sont pas les seuls syndicats qui espèrent gagner le cœur des travailleurs de la SQDC.

Comme l’écrivait Le Journal lundi, le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) promet également de tout mettre en oeuvre pour leur faire signer un premier contrat de travail.

Le SCFP soutient qu’au Nouveau-Brunswick, les salaires des employés des magasins de cannabis de la province gagnent entre 18$ et 20$ de l’heure.

Dans la même catégorie