/finance/realestate

Immobilier

L’APCHQ prévoit une baisse de mises en chantier en 2019

TVA Nouvelles et Agence QMI

Les mises en chantier devraient chuter de 10 % l’an prochain au Québec par rapport à cette année, prévoit l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ).

Dans un rapport publié mercredi, l’APCHQ estime qu’il y aura 43 500 mises en chantier en 2019, alors qu’elle les évalue à 48 500 cette année, une hausse de 4 % par rapport à 2017.

La baisse anticipée en 2019 se fera sentir dans tous les types de logements : maisons unifamiliales (-17 %), maisons jumelées ou en rangée (-10 %) ainsi que les appartements et condos (-8 %).

À LIRE ÉGALEMENT

La Banque du Canada augmente le taux directeur à 1,75%

Quel impact sur votre prêt hypothécaire?

Ce ralentissement dans les mises en chantier en 2019 s’explique notamment par une croissance moins forte l’an prochain avec une hausse de 1,9 % du PIB québécois, selon l’APCHQ, qui estime qu’elle sera de 2,3 % cette année. Une création d’emplois plus modeste, en raison d’un taux de chômage déjà très faible, et la progression des taux d’intérêt qui resserre le crédit pour les acheteurs et pour les entrepreneurs contribueront aussi à ralentir la construction de logements.

Toujours selon l’APCHQ, les régions les plus touchées pourraient être les Bois-Francs (-33%) et le Saguenay-Lac-Saint-Jean (-31%), alors que Montréal pourrait connaître une baisse de 12%. La région de Québec devrait pour sa part voir peu de changement au niveau de son nombre de mises en chantier. Malgré tout, 2019 devrait tout de même être une meilleure année que l'ont été 2013 ou 2015.

L’organisme note tout de même qu’avec la vigueur du marché de l’emploi, une «croissance accélérée des salaires», la confiance des ménages et des taux d’intérêt relativement bas, les mises en chantier demeureront élevées l’an prochain, à un niveau supérieur que pour la période 2013-2016.

Hausse du nombre d’appartements

L’APCHQ a précisé que la part croissante des appartements dans le marché de la construction rend ses prévisions plus difficiles.

La proportion de mises en chantier d’appartements sur le total des constructions résidentielles est passée de 50 % à 67 % de 2010 à 2017 au Québec, aux dépens des maisons unifamiliales. Elle devrait être de 69 % cette année et de 71 % l’an prochain.

Les nouvelles sont plus encourageantes en ce qui a trait au secteur des rénovations qui pourrait connaître une croissance de 4% pour la même période si Québec ne change pas ses politiques.

«Lorsqu’il y a eu des crédits d’impôt ÉcoRénov, LogiRénov et RénoVert, il y a eu vraiment une augmentation de la croissance significative et on voit qu’il y a un lien direct, d’où l’importance de maintenir ces crédits d’impôt. S’il y a un maintien du crédit d’impôt, on pense qu’il va y avoir une augmentation de 4% de la rénovation au Québec. S’il n’y en a pas, il y aurait une augmentation de2%», explique le  vice-président relations gouvernementales et relations publiques de l’APCHQ, François Vincent.

Dans la même catégorie