/news/society

Près de 140 000 transactions à la SQDC en une semaine

Agence QMI

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

La popularité des boutiques de la Société québécoise du cannabis (SQDC) ne s'estompe pas une semaine après la légalisation de la marijuana, si bien que celle-ci s'attend à avoir du mal à maintenir en service son réseau de succursales.

Mercredi soir, après sept jours d'activité dans les SQDC, quelque 84 850 ventes de cannabis avaient été réalisées dans les succursales de la société d'État. C'est donc dire qu'environ 12 000 personnes par jour, en moyenne, ont franchi les portes d'une boutique pour se procurer du cannabis.

En contrepartie, le site internet de la SQDC, qui avait connu un départ en lion le 17 octobre avec 30 000 commandes, a vu ses activités ralentir. Au total, 53 000 transactions ont été réalisées en ligne depuis une semaine.

Ainsi, ce sont 138 150 ventes de produits du cannabis qui ont été conclues depuis la légalisation de la marijuana.

L'engouement pour le cannabis dans la foulée de la légalisation a vidé les stocks de dizaines de produits, tant en ligne que dans les magasins physiques.

«Dans l’état actuel des choses, le maintien en opération du réseau de succursales sera un défi», a fait savoir la SQDC par communiqué, mercredi soir.

«L’offre limitée de la part des fournisseurs et les limites du cycle de production causent, tel que prévu, une rareté des produits offerts en succursale et en ligne. Nous prévoyons que cette situation perdure à différents niveaux pour les premiers trimestres d’opération», a ajouté la société d'État.

La SQDC a aussi expliqué que ses premiers jours d'activité ont été plombés par des problèmes de livraison de la part de ses fournisseurs. «Les commandes qu’avait prévu recevoir la SQDC auraient suffi à l’approvisionnement des succursales et des transactions en ligne. Les producteurs auront donc un travail colossal à effectuer pour structurer l’approvisionnement des points de vente de la SQDC», a-t-elle averti.

Dans la même catégorie