/news/law

Crimes à l’endroit de 9 de ses enfants

23 ans et demi de pénitencier réclamés pour le Tyran de la Beauce

Sophie Côté | Journal de Québec 

Paul - stock.adobe.com

La poursuite réclame une peine d’emprisonnement de 23 ans et demi pour le Tyran de la Beauce, tandis que la défense demande que l’accusé soit condamné à une peine totale de 6 ans.

Me Nicolas Champoux, le procureur de la Couronne au dossier, a fait ses représentations sur la peine jeudi matin au palais de justice de Saint-Joseph-de-Beauce, devant le juge René de la Sablonnière.

La gravité des crimes, leur fréquence, la longue période sur lesquels ils ont été commis, le fait que 12 de ses 13 victimes étaient mineures, la situation d’autorité qu’il avait envers elles au moment des sévices, les nombreux crimes commis à l’endroit de sa conjointe et les conséquences importantes sur ses victimes sont tous des facteurs aggravants, a soutenu Me Champoux.

Des victimes ont témoigné en cour mercredi de façon «percutante» des impacts et des séquelles des crimes subis, a souligné le procureur.

Évoquant la «brutalité» de l’accusé, particulièrement envers ses deux fils aînés, il a rappelé au juge certains récits troublants entendus au procès, comme la fois où le Tyran a déchargé son arme à feu en direction de deux de ses fils parce qu’ils avaient fait fuir un lièvre.

Ses victimes étaient aussi parfois indirectes. Comme lorsque certains enfants de la fratrie ont vu leur mère se faire agresser par leur père, la lame d’un couteau sous la gorge.

S’il n’a trouvé aucune jurisprudence qui «colle» à l’accusé, Me Champoux s’est appuyé sur 9 cas de jurisprudence pour justifier la peine demandée, dont les décisions rendues à l’endroit de Jacques Vachon et du Bourreau de Beaumont.

Un rapport effectué par la Dre France Proulx de l’Institut Philippe-Pinel conclut que le Tyran est un individu qui ne se reconnaît aucune problématique, qui se déresponsabilise et qui banalise les gestes commis, a-t-il notamment indiqué.

6 ans, demande la défense

Aux antipodes de la Couronne, l’avocat de l’accusé demande pour sa part une peine totale de 6 ans de pénitencier pour l’accusé de 64 ans, ce qui a fait sursauter l’audience et les victimes du Tyran.

Me Stéphane Harvey a insisté sur le fait que le rapport du Dre Proulx conclut à un risque de récidive faible à modéré, et que les crimes «datent». Selon lui, le juge doit prendre en compte les «regrets sincères» exprimés mercredi par l'accusé.

L’avocat du Tyran de la Beauce veut, au surplus, que sa détention provisoire compte pour le double, en raison de ses «conditions de détention difficiles».

Puisqu’il est incarcéré depuis trois ans, la demande de la défense signifie donc que l’accusé sortirait de prison aussitôt la peine reçue.

L’avocat du Tyran s’oppose également à deux requêtes de la Couronne présentée jeudi.

Me Champoux demande à ce que le Tyran soit déclaré délinquant à contrôler, afin qu’il demeure sous la loupe des services correctionnels pour une période maximale de 10 ans après sa sortie de prison.

La poursuite réclame également à ce que l'accusé ne puisse être éligible à une libération conditionnelle avant la moitié de sa peine, plutôt que le tiers.

47 chefs

Au terme de son procès, le Tyran a été déclaré coupable de 47 chefs d’accusation pour des crimes sévices physiques, psychologiques et sexuels commis à l’endroit de 13 victimes, dont 9 de ses enfants et sa femme aujourd’hui décédée.

Il a fait régner un régime de terreur dans sa famille pendant près de deux décennies, soit dans les années 80 et 90.